Le sénateur apparenté PS Hervé Poher rejoint les écolos, assurant la survie du groupe

Publié à 16h53, le 08 mars 2016 , Modifié à 13h39, le 09 mars 2016

Le sénateur apparenté PS Hervé Poher rejoint les écolos, assurant la survie du groupe
© JOEL SAGET/AFP
Image Le Lab

Julien Vallet pour

Il est l'homme qui va permettre aux Verts de se maintenir au Sénat. Apparenté PS, le sénateur du Pas-de-Calais Hervé Poher va rejoindre les rangs du groupe Europe Ecologie-Les Verts, ce qui assurera la survie du groupe, comme il l'annonce à l'AFP mardi 8 mars.

La question de la survie des Verts à la haute assemblée se posait après le départ de Jean-Vincent Placé pour le gouvernement, le 11 février. Depuis cette défection, les écologistes n'étaient plus que neuf au Sénat. Or, selon les règlements, il faut compter au moins 10 membres pour pouvoir se constituer en groupe politique, ce qui ouvre droit à un temps de parole et à des moyens financiers alloués par l'Etat. Hervé Poher a confirmé à l'AFP :

 Il s'agit d'un rattachement administratif pour leur permettre d'exister.

Un défaut de sièges qui n'inquiétait pas plus que cela les premiers concernés. Comme l'avait assuré au Lab la sénatrice EELV Esther Benbassa au moment du remaniement, début février : "Le PS va nous envoyer quelqu’un. Tuer un groupe, ça ne sert à rien, je n’en vois pas l’intérêt politique". A un mois de distance, Solférino a donc tenu ses promesses.

Il s'agit donc d'une issue heureuse. Avant Hervé Poher, le nom de Robert Navarro, exclu du PS pour son soutien à Georges Frêche, avait un temps été envisagé. Ce sénateur de l'Hérault avait été mis en examen en 2012 pour abus de confiance dans le fonctionnement de la fédération socialiste locale. "Je ne suis pas sûr que ce soit très bon pour l’image du groupe écologiste", avait expliqué un sénateur écologiste cité par Public Sénat, à l'époque.

Né en 1952, médecin de formation, Hervé Poher est sensible aux questions écologistes : il a été l'orateur du groupe PS pour la loi biodiversité. Il est aussi membre de la commission du développement durable. "Je trouvais qu'il n'était pas normal qu'ils ne puissent plus parler, alors que l'écologie doit être au centre de nos préoccupations", a-t-il expliqué. Cependant, en tant que sénateur rattaché, les consignes de vote définies par le groupe écologiste au Sénat ne l’engageront pas.

Du rab sur le Lab

PlusPlus