Le soir du 2d tour, Marc-Olivier Fogiel a fourni à Macron et Le Pen leurs numéros de portables respectifs

Publié à 08h59, le 01 décembre 2017 , Modifié à 12h25, le 01 décembre 2017

Le soir du 2d tour, Marc-Olivier Fogiel a fourni à Macron et Le Pen leurs numéros de portables respectifs
© Montage le Lab via AFP
Image Etienne Baldit


BREF - Si des entrepreneurs nous lisent, il y a peut-être un coup à faire en créant un service de mise en relation entre responsables politiques. Car on commence à avoir quelques exemples de manques handicapants de numéros de téléphone à des moments pourtant cruciaux.

Selon un indiscret du Figaro vendredi 1er décembre, la présidente du FN s'est en effet trouvée dans l'impossibilité d'envoyer un SMS de félicitations à Emmanuel Macron, le soir du second tour de l'élection présidentielle. Elle n'avait tout simplement pas son numéro perso. Et son entourage a dû se le procurer... auprès du journaliste Marc-Olivier Fogiel. Le quotidien raconte :

La candidate FN souhaite féliciter, avant la diffusion des résultats, le nouveau Président. Mais elle n'a pas son numéro de portable. L'un de ses lieutenants demande alors à Marc-Olivier Fogiel s'il le possède. Le journaliste accepte à une condition : Macron doit être d'accord. La réponse de ce dernier, qui obtient en retour le numéro de Le Pen, sera positive.

On comprend donc qu'Emmanuel Macron non plus ne possédait pas, dans son répertoire, le contact de Marine Le Pen. Heureusement que Marc-Olivier "connecting people" Fogiel était là pour les mettre en relation...

Bizarrement, le nom de la députée FN du Pas-de-Calais se retrouve régulièrement dans ces histoires de numéros manquants. Le 7 janvier 2015, après l'attentat contre Charlie Hebdo, François Hollande avait voulu joindre les présidents des deux principaux partis d'opposition. Aucun souci pour contacter Nicolas Sarkozy, dont le numéro était toujours enregistré dans le téléphone du bureau du chef de l'État. En revanche, personne à l'Élysée n'avait celui de Marine Le Pen, comme l'avait raconté François Hollande dans le livre Conversations privées avec le Président.

Du rab sur le Lab

PlusPlus