Le très mauvais moment de François Hollande sur Periscope en pleine contestation de la loi Travail

Publié à 11h22, le 01 mars 2016 , Modifié à 16h40, le 01 mars 2016

Le très mauvais moment de François Hollande sur Periscope en pleine contestation de la loi Travail
© DR
Image Sylvain Chazot


François Hollande est un homme moderne et sa communication lui ressemble. À l'Élysée, on aime user des nouveaux moyens de communication pour diffuser les messages présidentiels. Ce mardi 1er mars, par exemple, le chef de l'État a participé à une table ronde avec les salariés de Showroom Privé, à Saint-Denis. Et cette rencontre a été diffusée sur Periscope, l'application sur laquelle le joueur du Paris-Saint-Germain Serge Aurier avait traité son entraîneur Laurent Blanc de "fiotte", ce qui lui avait valu quelques problèmes.

François Hollande n'a traité personne de "fiotte". Ce n'est pas son genre. En revanche, le chef de l'État a profité de cette séquence pour défendre avec vigueur la loi Travail. Mais son propos a été fortement perturbé par les commentaires diffusés sur Periscope, des messages d'insulte à l'adresse du chef de l'État.

Voici quelques exemples glanés ça et là :



Trois jours après avoir esquivé une bouse au Salon de l'agriculture, le chef de l'État s'est pris un torrent d'insultes sur Periscope. En s'exprimant ainsi en pleine contestation de la loi Travail, la communication de l'Élysée a donc ouvert la boîte à trolls. D'autant que cette contestation est très forte sur internet. Pendant que le président parlait de la réforme du code du travail, certains – anonymes évidemment – ont profité de l'espace offert pour violemment insulter le chef de l'État. Ils ont été progressivement bloqués de la diffusion par le community manager de la présidence de la République.



Au Lab, Gaspard Gantzer, responsable de la com' de l'Élysée, assume totalement ce choix de diffusion. Il rappelle que la présidence utilise Periscope au moins une fois par mois, en sus d'autres applications à destination des jeunes comme SnapChat. Gaspard Gantzer ajoute :  



Comme souvent sur les réseaux sociaux, il y a de tout, des commentaires négatifs et positifs, des propos pertinents et d'autres hors sujet. Mais cela permet de varier les modes de dialogue et de discussion avec les citoyens, en dehors des médias classiques.

Et Gaspard Gantzer de dédramatiser la multiplication de "commentaires négatifs", assez nombreux de toutes façons sur les réseaux sociaux. Malgré tout, en cette période compliquée pour le chef de l'État où sa cote de popularité flirte avec les abysses, le choix n'est peut-être pas des plus opportuns. Peu importe : le chef de l'État sera de nouveau sur Periscope mercredi. 

[Edit 13h10]

Et les équipes de communication de l'Élysée mettent un point d'honneur à contester toute erreur dans ce choix de communication. Le compte Twitter officiel de communciation de la présidence répond à plusieurs médias ayant traité sous l'angle du "fail", rétorquant qu'il ne s'agit que d'un "principe assumé de modération [des commentaires] a posteriori" :









Du rab sur le Lab

PlusPlus