L'échec total de François de Rugy dans sa tentative de troller Fillon sur le "Penelope Gate"

Publié à 06h40, le 31 janvier 2017 , Modifié à 08h49, le 31 janvier 2017

L'échec total de François de Rugy dans sa tentative de troller Fillon sur le "Penelope Gate"
François de Rugy © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Image Etienne Baldit


FAIL - C'est un bien beau retour de flamme que s'est pris un François de Rugy taquin mais peu prudent, lundi 30 janvier au soir. En plein "Penelope Gate", le député écologiste (ex-EELV) a voulu se payer le couple Fillon d'un tweet tout ce qu'il y a de plus trollesque. Sauf que sa tentative de coup d'éclat s'est rapidement retournée contre lui. 

Voici donc ce qu'a publié l'ancien candidat à la primaire de la Belle Alliance Populaire, photos des fiches de paie de "deux de ses collaborateurs" parlementaires et #PenelopeGate à l'appui :

Ce soir avant de quitter le bureau, je signe les fiches de paye de deux de mes collaborateurs parlementaires.

Transparence, timing (les époux Fillon étaient alors toujours entendus par les enquêteurs du parquet national financier), commentaire sobre mais efficace : tout était réuni pour faire de ce message un scud numérique du meilleur effet.

Tout ? Non. Car comme l'ont noté de nombreux internautes, l'employeur qu'est François de Rugy a commis ici une double boulette de taille : en publiant ces fiches de paie, l'élu de Loire-Atlantique a bien pensé à masquer les noms de ses assistants à l'aide de son stylo... mais pas leur numéro INSEE, plus connu sous le nom de numéro de Sécurité sociale. 1-0 pour le non-respect de la vie privée. Et ce numéro permet au passage de connaître le sexe d'une personne : le premier des treize chiffres qui le composent indique en effet s'il s'agit d'un homme (1) ou d'une femme (2).

Et en l'occurrence, ces informations bien visibles sur les photos publiées par François de Rugy permettent de constater un écart de salaire entre son collaborateur masculin et sa collaboratrice féminine, en défaveur de cette dernière malgré un plus grand nombre d'heures travaillées : le premier est payé 2.434,16 € net pour 121,34 heures, quand la seconde touche 2.289,42 € pour 151,67 heures (équivalent temps plein). En clair : l'homme travaille moins mais est mieux payé que la femme, sans raison apparente.





Ballot. Surtout quand, comme lui, on a fait de l'égalité femmes-hommes, de la parité et de la lutte contre les écarts de salaire des combats politiques de premier plan. Devant les critiques acerbes qu'il recevait en réponse lundi soir, l'élu écolo a fini par supprimer son tweet avant d'en publier une deuxième version anonymisée (finalement supprimée elle aussi). Tel est trollé qui croyait troller.

[Edit 9h45]

Auprès du Lab, François de Rugy explique avoir voulu par ce tweet "faire oeuvre de transparence" mais reconnaît sans détour "une maladresse". "Ce sont les mésaventures de la transparence, il faudrait tourner sept fois ses doigts au-dessus de son clavier avant de tweeter", dit encore le patron du Parti écologiste. Sur le fond, il explique son intention de départ, lui qui est "très énervé" par cette affaire Fillon : "Montrer comment sont réellement payés des assistants parlementaires qui travaillent réellement", sachant que Penelope Fillon a reçu des salaires "très élevés, bien au-delà des rémunérations habituelles de collaborateurs", pour un travail "dont on ne sait toujours pas en quoi il consistait".

Quant à l'écart de salaire entre ses deux assistants, François de Rugy fait valoir que cela "n'a rien à voir avec le fait qu'il s'agit d'un homme et d'une femme". "Ce sont deux personnes qui n'ont pas la même expérience, le même parcours et qui ne font pas le même travail, dit-il. Il y a une personne qui fait un travail plutôt de secrétariat, qui s'occupe de la gestion de l'agenda, des déplacements, etc., quand l'autre fait un travail législatif, de rédaction de propositions de loi et d'amendements."

Et de regretter la tournure de cette polémique :

On préfère polémiquer avec ceux qui font la transparence plutôt qu'avec ceux qui ne la font pas. On ne demande pas d'explications à ceux qui ne sont pas transparents. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus