Législatives : au Maghreb, qualification de deux candidats pro-Macron (dont aucun n’a l’investiture LREM)

Publié à 20h49, le 05 juin 2017 , Modifié à 20h53, le 05 juin 2017

Législatives : au Maghreb, qualification de deux candidats pro-Macron (dont aucun n’a l’investiture LREM)
Leila Aïchi. © BERTRAND GUAY / AFP

C’est une circonscription un peu particulière où La République en marche (LREM) arrive *doublement* en tête… sans avoir investi de candidat. Dans la neuvième circo des Français de l’étranger (Maghreb et une partie de l’Afrique de l’Ouest), où l’on votait dimanche 4 juin, Leila Aïchi et M’jid El Guerrab se sont qualifiés pour le second tour avec respectivement 20,28% et 18,90% des suffrages, selon les résultats publiés par le ministère de l'Intérieur.

Pressenti pour concourir sous l’étiquette LREM, M’jid El Guerrab n’avait finalement pas obtenu l’investiture. Dans une première version des candidatures officielles apparaissait le nom d’Augustin Augier, qui n’est autre que le fils de Marielle de Sarnez (dont la candidature a également fait polémique). Une "erreur" vite corrigée : une seconde version envoyée à la presse faisait mention du nom de Leila Aïchi, actuellement sénatrice (ex-EELV) de Paris.

Mais le feuilleton ne s’arrête pas là : LREM a par la suite retiré son investiture à Leila Aïchi en raison de sa position sur la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, dénoncée par les militants LREM. Enfin, presque retiré. Les inscriptions étant closes au moment de la polémique, Leila Aïchi concourrait toujours officiellement sous l’étiquette LREM, bien que son nom ait été retiré du site internet du parti pro-Macron. LREM avait ensuite rédigé un communiqué de soutien par défaut à M’jid El Guerrab, candidat LREM dissident estampillé "majorité présidentielle".

Dans la totalité des dix autres circonscriptions des Français de l’étranger, les candidats LREM arrivent en tête. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus