Législatives : le veto de Jean-Christophe Lagarde sur un tract LR-UDI qui moquait la filiation Hollande-Macron

Publié à 12h21, le 22 mai 2017 , Modifié à 14h48, le 22 mai 2017

Législatives : le veto de Jean-Christophe Lagarde sur un tract LR-UDI qui moquait la filiation Hollande-Macron
Le tract que devait distribuaient LR et l'UDI ne comportera finalement pas le visuel de Macron et Hollande. © Capture d'écran L'Opinion
Image Victor Dhollande-Monnier


Pendant une bonne partie de la campagne présidentielle, François Fillon et les ténors de la droite et du centre ont régulièrement moqué la filiation entre François Hollande et Emmanuel Macron. Pour résumer cette proximité, le petit sobriquet "Emmanuel Hollande" sortait régulièrement dans les meetings du candidat LR à l’élection présidentielle. Pour les élections législatives des 11 et 18 juin prochains, la droite et le centre avaient prévu de distribuer un tract dénonçant "la hausse d’impôts" voulue par le nouveau chef de l’Etat. Sur cette affiche, un visuel présentant les deux présidents en miroir a finalement été retiré à la demande du président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, comme le révèle L’Opinion lundi 22 mai.



Contacté par le Lab, Jean-Christophe Lagarde confirme avoir mis son veto sur ce visuel. Il nous assure par ailleurs que François Baroin, chef de file du comité de campagne de la droite et du centre pour les législatives, "était d’accord avec lui" :

François Baroin était d’accord avec moi. Ce n’était pas opportun de mettre François Hollande sur ce tract. La question de la hausse d’impôts incombe désormais à monsieur Macron. Reste à savoir si les Français veulent accorder les pleins pouvoirs au Président qui souhaite augmenter la CSG.

C’est donc une version sans photo qui sera distribuée sur les marchés pendant la campagne des législatives.

Le patron de l’UDI ne souhaite pas trop abîmer l’image du Président élu. Dans une interview accordée au journal Le Parisien, dimanche 21 mai, Jean-Christophe Lagarde se disait même prêt à "travailler" avec Emmanuel Macron. Comme une partie de la droite. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus