Législatives : les candidats d’En Marche! de la "société civile" pourront aussi être des "maires et des conseillers régionaux" annonce Jean-Paul Delevoye

Publié à 11h13, le 08 mai 2017 , Modifié à 11h29, le 08 mai 2017

Législatives : les candidats d’En Marche! de la "société civile" pourront aussi être des "maires et des conseillers régionaux" annonce Jean-Paul Delevoye
Jean-Paul Delevoye préside la commission d'investiture d'En Marche! © ETIENNE LAURENT / POOL / AFP

C’est bientôt la fin d’un long suspens. En Marche!, la formation d’Emmanuel Macron, élu dimanche 7 mai au second tour de la présidentielle, annoncera cette semaine les noms de ses 577 candidats aux législatives, alors que seuls 14 d’entre eux sont déjà connus. Bien avant son élection, le nouveau président de la République avait promis que 50 % de ses candidats investis aux législatives seront des femmes et seront issus de la "société civile".

Invité de Franceinfo: ce lundi 8 mai, le président de la commission d’investiture d’En Marche! Jean-Paul Delevoye a donné la définition de la société civile" telle que la conçoit sa formation politique. Et elle est surprenante. Il a déclaré :

 

 

"

Nous avons fixé des objectifs dès le départ : 50 % de candidats issus de la parité, nous allons parfaitement respecter cela, et le second c’est 50 % de candidats issus de la société civile, ce qui signifie que ce sera leur première élection législative. Ça peut être aussi des maires, des conseillers généraux, des conseillers régionaux… J’ai été président des maires de France, je peux vous dire que j’ai été ravi de voir des agriculteurs être en même temps maire, des chefs d’entreprise… Il y a une vitalité de la vie démocratique en mélangeant et en ne faisant pas en sorte qu’il  y ait un cloisonnement, que les gens soient exclusivement politiques. Nous allons faire en sorte que ce pourcentage de 50 % soit largement dépassé.

"

 

Notion souvent ambigüe et aux contours flous, la "société civile" est définie par l’universitaire français Jean Leca comme "un groupe concret observable immédiatement à partir de ses membres qui ne sont ni des politiciens professionnels ni leurs clients (ni, par extension, les militants des partis politiques) ni le personnel administratif".

Un peu plus tard ce lundi sur CNEWS, Jean-Paul Delevoye a vanté les mérites des futurs candidats d’En Marche! aux législatives issus de la "société civile", qui "apporteront à l’opinion des visages nouveaux, des pratiques nouvelles". Et ce même s’ils sont donc des élus locaux depuis quelques années.

Reste à savoir quel sera le nom exact de l’étiquette sous laquelle les candidats aux législatives d’Emmanuel Macron feront campagne. La plupart des cadres d’En Marche!, comme le secrétaire général du mouvement Richard Ferrand, ont évoqué"La République en marche!". Mais le porte-parole d’Emmanuel Macron Christophe Castaner a quant à lui parlé d'"En marche la République" ce lundi sur BFMTV.

 

"Il y a un débat. (Le futur nom, ndlr) introduit notamment la notion de la République. Il y aura certainement une évolution", a précisé Jean-Paul Delevoye.

Du rab sur le Lab

PlusPlus