Législatives : Mounir Mahjoubi (LREM) annonce l'élimination de Jean-Christophe Cambadélis au premier tour

Publié à 21h31, le 11 juin 2017 , Modifié à 13h37, le 12 juin 2017

Législatives : Mounir Mahjoubi (LREM) annonce l'élimination de Jean-Christophe Cambadélis au premier tour
© AFP

CAMBADEXIT - Il est le patron d'un PS en perdition, éliminé dès le premier tour de la présidentielle et toujours au fond du gouffre au soir du premier tour des élections législatives. Et Jean-Christophe Cambadélis, député sortant de la 16ème circonscription de Paris, pourrait bien être l'un des visages de la débâcle socialiste, ce dimanche 11 juin. Et c'est son opposant de La République en marche qui l'annonce en direct à la télé.

Le secrétaire d'État chargé du numérique Mounir Mahjoubi explique, peu avant 21h30 sur BFMTV, qu'"il n'y a pas de tendance précise" mais "un certain nombre d'indications". Il ajoute :

"

Je suis plutôt en tête, La République en marche est très en tête dans notre circonscription. Et monsieur Cambadélis n'est pas qualifié pour ce second tour.

"

"Rien n'est officiel", précise toutefois Mounir Mahjoubi. Mais ce résultat-là est semble-t-il assez net pour pouvoir être annoncé de la sorte, sur un plateau de soirée électorale. Lors de sa déclaration télévisée faisant suite aux premiers résultats, Jean-Christophe Cambadélis lui-même n'avait rien dit de son cas personnel. Mais selon des résultats encore provisoires cités par l'AFP, il ne se classerait qu'en quatrième position avec moins de 10% des voix, très loin derrière Mounir Mahjoubi, largement en tête avec environ 37%, et la candidate de La France insoumise, Sarah Legrain (environ 20%), tous deux qualifiés pour le second tour.

Dans la nuit, les résultats définitifs sont tombés. Et ils ne sont pas brillants : Jean-Christophe Cambadélis termine 4e avec 8,6% des voix, soit environ 3.000 bulletins. Au premier tour des législatives en 2012, il avait recueilli 14.000 voix. 

Avant le scrutin, le Premier secrétaire du PS avait dit en privé craindre la disparition pure et simple du groupe socialiste à l'Assemblée, ce qui signifiait moins de 15 députés élus. En public, il s'était montré un tout petit peu plus optimiste, confiant son objectif : pouvoir justement constituer un groupe. Ce qui n'était pas bien ambitieux... Et il ne fera donc pas partie des quelques survivants solfériniens à ce scrutin qui voit le triomphe du parti d'Emmanuel Macron, La République en marche.

Sa palette rouge, qui était devenue son accessoire de campagne préféré, risque de se sentir bien seule.

 

[EDIT 02h10] Ajout résultats définitifs

Du rab sur le Lab

PlusPlus