L’Élysée fait savoir qu’Emmanuel Macron "regrette" l’emploi du mot "bordel" (mais assume le fond)

Publié à 17h29, le 05 octobre 2017 , Modifié à 18h03, le 05 octobre 2017

L’Élysée fait savoir qu’Emmanuel Macron "regrette" l’emploi du mot "bordel" (mais assume le fond)
© AFP
Image Amandine Réaux


La petite phrase fait polémique depuis un peu moins de 24 heures. "Y’en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu’il y en a qui ont les qualifications pour le faire, hein, et c’est pas loin de chez eux", a lancé mercredi Emmanuel Macron à Alain Rousset, lorsque ce dernier lui parlait d’une fonderie qui "n’arrive pas à recruter". Même s'il ne les nomme pas, tout porte à croire que le chef de l'État ciblait les salariés de GM&S, dont certains manifestaient à Egleton, en parallèle de la visite présidentielle sur le campus de l'Ecole d'application aux métiers des travaux publics.

Cette phrase aurait-elle été prononcée volontairement en présence de caméras ? Eh bien, pas forcément. Car l’Élysée, interrogé ce jeudi par Le Figaro, esquisse un mea culpa. L’entourage du Président fait ainsi savoir que le chef de l’État "regrette" l'emploi du mot "bordel", qui relève du registre familier et qui est intervenu à un moment où il n'avait plus conscience d'être filmé. Toutefois, il "assume" l'idée de fond et parle désormais de "désordre".

La sortie d'Emmanuel Macron a fait sortir de ses gonds à peu près l’ensemble de la classe politique. Si elle a (mollement) été replacée dans son contexte par le porte-parole de l'Élysée Bruno Roger-Petit, elle a été justifiée ainsi par Christophe Castaner : "Vous savez, on peut être cultivé et parler comme les Français."

Sauf qu'au regard de ce démenti élyséen, Emmanuel Macron ne semble finalement pas vouloir tant que ça "parler comme les Français".





>> VIDÉO - Fainéants, costard, bordel… : best of des sorties polémiques de Macron



#

Du rab sur le Lab

PlusPlus