L'Élysée remplace la mention des Chinois "libres de penser" par "capables de penser" dans la retranscription d'un discours de Macron

Publié à 20h22, le 09 janvier 2018 , Modifié à 21h20, le 09 janvier 2018

L'Élysée remplace la mention des Chinois "libres de penser" par "capables de penser" dans la retranscription d'un discours de Macron
Emmanuel Macron © AFP
Image Etienne Baldit


BREF - Seul le prononcé fait foi, comme le veut la formule consacrée. Mais rien n'empêche de se pencher un peu sur les versions retranscrites des discours prononcés pas les responsables publics. Celles-ci réservent parfois quelques surprises, comme lorsque l'Élysée modifie le discours d'Emmanuel Macron au Congrès pour censurer "conchier" et le remplacer par "concilier".

C'est une nouvelle fois le cas avec les mots prononcés par Emmanuel Macron au palais de Daminggong, lors de son déplacement en Chine, lundi 8 janvier. Comme l'a repéré Quotidien, un passage de ce discours présidentiel mentionnant les "quelques milliards d'individus [chinois] libres de penser" s'est étrangement transformé en "capables de penser" dans la version écrite transmise par l'Élysée aux rédactions tôt ce mardi matin.





Forcément, le passage en question pouvait laisser songeur au regard du non-respect des droits de l'homme et de l'état des libertés publiques en République populaire de Chine, notamment celles d'expression et de pensée. Reste donc que le sens du propos d'Emmanuel Macron est ici totalement dénaturé.

Auprès de l'émission de TMC, l'Élysée a reconnu "une erreur de retranscription, une mauvaise compréhension de ce qu'a dit le Président". Contacté par le Lab mardi soir, l'entourage du chef de l'État confirme qu'il s'agit d'une simple "erreur" et non d'une volonté de modifier le sens du propos présidentiel. Et de préciser que le travail de retranscription des discours du Président est assuré par un prestataire extérieur à l'Élysée, comme cela se ferait depuis le mandat de Nicolas Sarkozy (on sait pas vous mais nous, on aura au moins appris quelque chose de ce côté-là), et que la relecture effectuée par le Château n'aurait pas permis de détecter cette coquille.

Mais, et comme l'a encore noté Quotidien, la version écrite du même discours et mise en ligne sur le site de l'Élyséecomporte bien la formule "libres de penser", comme on peut le voir sur cette capture d'écran :



Tout est bien qui finit bien.





À LIRE SUR LE LAB :

VIDÉO – En prenant un peu trop son temps, Emmanuel Macron exaspère le protocole chinois

> L'Élysée modifie le discours de Macron au Congrès dans sa version écrite pour censurer "conchier"

Du rab sur le Lab

PlusPlus