L'Émission politique : on n'a pas compris si Edouard Philippe était finalement favorable ou non à la PMA pour toutes

Publié à 06h22, le 29 septembre 2017 , Modifié à 06h22, le 29 septembre 2017

L'Émission politique : on n'a pas compris si Edouard Philippe était finalement favorable ou non à la PMA pour toutes
Édouard Philippe dans L'Emission politique © Thomas Samson / AFP
Image Sylvain Chazot


On attendait le débat avec Jean-Luc Mélenchon avec une certaine impatience. Mais, finalement, le climax de l'Émission politique, jeudi 28 septembre sur France 2, aura eu lieu quelques minutes plus tôt, lorsque le Premier ministre a été confronté au professeur Testard, pionnier en matière de fécondation in vitro et farouche opposant à l'extension de la PMA aux femmes lesbiennes et / ou célibataires.

Il n'y a pas si longtemps, la position d'Edouard Philippe sur le sujet était simple : non, avec un "n", un "o" et encore un "n". Simple. Précis. Mais jeudi soir, le Premier ministre explique qu'il a évolué sur la question. "Toute la société évolue. Les mêmes qui, en 2013, vous disaient 'jamais nous n'autoriserons le mariage pour tous et s'il arrivait, nous le supprimerions le moment venu', aujourd'hui ils vous disent 'non on le supprimera pas'", commence par expliquer le résident de Matignon. Puis il ajoute :

J'évolue parce que je rencontre, soit des couples féminins, soit des femmes célibataires, qui ont parfois eu recours à cette technique, en Belgique, en Espagne… Je ne dis pas, encore une fois, que c'est bien. Mais je vois ce que ça suscite, je vois ce que ça permet. Je ne vois pas ce que ça enlève mais je suis tout à fait prêt à en discuter.

Le positionnement du Premier ministre est donc un chouïa confus. Sauf pour… lui. Edouard Philippe a pourtant bien changé d'avis. En 2013, en plein débat sur le mariage pour tous, il avait consigné une tribune avec Nathalie Kosciusko-Morizet dans laquelle il écrivait ceci :

Nous nous opposerons résolument à la PMA pour les couples homosexuels féminins...  et à la GPA qui, au nom de l'égalité, ne manquera pas d'être réclamée par la suite.

Interrogé jeudi sur cette "évolution", cette manière de vouloir ménager la chèvre et en même temps le chou tout en disant avoir bougé sur la question, Edouard Philippe assure qu'il est très clair. Il en profite pour glisser un petit taquet à un des ses anciens collègues de Les Républicains. "Je ne sais pas si je suis plus confus que Laurent Wauquiez quand il dit, il y a trois ans 'jamais le mariage pour tous' et qu'aujourd'hui, il dit qu'il ne reviendra pas sur la loi", assène le Premier ministre.

Il conclut :

Sur les questions d'éthique, je m'interroge et je chemine, et je chemine à mon rythme et je ne vois pas ce qu'il y a de confus en la matière.

Pour connaître la position d'Édouard Philippe sur la PMA, il faudra donc attendre la fin de son cheminement intérieur.

En attendant, le sujet est sur la table. Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, a indiqué, le 17 septembre, que l'élargissement de la PMA serait "probablement" proposée au Parlement l’année prochaine.

Du rab sur le Lab

PlusPlus