L'énorme coup de gueule du député LR battu Thierry Lazaro contre les abstentionnistes, alors qu'un "3e conflit mondial" approche

Publié à 16h17, le 19 juin 2017 , Modifié à 16h34, le 19 juin 2017

L'énorme coup de gueule du député LR battu Thierry Lazaro contre les abstentionnistes, alors qu'un "3e conflit mondial" approche
Thierry Lazaro en 2012 © PIERRE VERDY / AFP
Image Etienne Baldit


VOUS N'AVEZ PAS HONTE ? - Thierry Lazaro en a gros. Député LR du Nord depuis 1993, il a fait ses adieux à l'Assemblée nationale dimanche 18 juin, battu par Charlotte Lecocq (LREM) au second tour des élections législatives. Mais plus que son cas personnel, c'est la très forte abstention qui le mine. 57% des inscrits ne sont en effet pas allés voter ce dimanche, un record pour ce scrutin sous la Ve République. Et ça, Thierry Lazaro a beaucoup de mal à l'accepter.

Il l'a donc dit comme il le pensait, dimanche soir lors de la proclamation des résultats, comme le relate La Voix du Nord ce lundi :



Ceux qui ne votent pas et préfèrent continuer à se plaindre ne sont pas dignes d'être français.

Contacté par le Lab, le désormais ex-député "assume totalement" cette phrase - qui "concerne l'abstention nationale" et pas seulement son "cas personnel", tient-il à préciser. Car sans vouloir "insulter les Français", Thierry Lazaro peste contre ceux d'entre eux qui "ne se rendent pas compte de la chance qu'on a d'être dans ce pays", alors que la guerre fait rage  dans le monde et frappe à nos portes selon lui. Il s'explique :

Gorbatchev l'a dit récemment, il a imploré Donald Trump et Vladimir Poutine en leur disant : 'Arrêtez cette course à l'armement, nous sommes aux portes d'un troisième conflit mondial et celui-là sera thermonucléaire' [à lire ici, ndlr]. Les Français ne se rendent pas compte. On vit dans un monde de plus en plus petit, avec cinq continents dont quatre où les armes parlent, dont le nôtre, avec des hommes et des femmes qui pleureraient pour pouvoir s'exprimer. Il ne faut pas oublier toute la sueur et les larmes qui ont coulé dans ce pays pour qu'on puisse s'exprimer.

Quand je vois la faible participation, je me dis qu'on est dans un pays d'enfants gâtés. On ne se rend pas compte. On est au bord d'un troisième conflit mondial, tout le monde s'en tape. L'Europe est bringuebalante. On est dans un pays où on peut s'exprimer. Après le premier tour des législatives, 61% des Français disaient ne pas vouloir donner une majorité pléthorique à Emmanuel Macron [selon un sondage, ndlr], et on a eu encore moins de participation au second tour.

Relancé pour savoir s'il est bien pertinent de lier l'abstention de ce dimanche à cette présentation du contexte planétaire, il maintient :

Jusqu'à hier, j'étais un élu de la Nation. Je suis inquiet. C'est tellement facile de ne pas en parler, de ne pas comparer, de dire 'les politiques c'est tous des brêles'. Il faut qu'on assume totalement notre rôle de citoyens. La situation est instable, on ne se rend pas compte. Moi je me sens républicain par tous mes pores, ça me blesse.

Et d'ajouter cet ultime exemple :



Lampedusa [île italienne sur laquelle débarquent de nombreux migrants désireux d'atteindre l'Europe, ndlr], c'est une morgue à ciel ouvert, vous pensez pas que ces gens aimeraient voter ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus