Les doutes abyssaux d’Emmanuel Macron après le premier tour de la présidentielle : "Je peux ne pas finir mon mandat du tout"

Publié à 08h17, le 26 janvier 2018 , Modifié à 08h17, le 26 janvier 2018

Les doutes abyssaux d’Emmanuel Macron après le premier tour de la présidentielle : "Je peux ne pas finir mon mandat du tout"
© AFP

"France is back", a clamé Emmanuel Macron à Davos, le 24 janvier. Une punchline ultraconfiante pour mettre en avant le rôle que la France avait à jouer sur la scène internationale. Par ses choix tranchés (sur les ordonnances ou encore Notre-Dame-des-Landes), le Président se montre très sûr de lui. Mais il n’a pas toujours eu cette attitude.

Au détour d’un portrait d’Édouard Philippe, publié ce 26 janvier dans M le magazine du Monde, on apprend ainsi les doutes abyssaux qui ont habité Emmanuel Macron après sa qualification au second tour de la présidentielle. À celui qui deviendra son Premier ministre, il confie, lors de leur entrevue le 24 avril 2017 :

 

"

Tout peut arriver. Je peux aussi finir comme Hollande. Et aussi ne pas finir mon mandat du tout…

"

Une manière aussi de presser son interlocuteur d’accepter sa proposition. "Vous n’allez pas perdre votre temps à reconstruire la droite alors qu’il faut reconstruire la France", lance aussi Emmanuel Macron à Édouard Philippe, encore membre de LR à l’époque. Les deux hommes s’entendront finalement le 15 mai 2017 pour former le couple exécutif.

Du rab sur le Lab

PlusPlus