Les Jeunes socialistes trollent Luc Chatel en ressortant une vidéo où il se prononçait pour la réforme du collège

Publié à 15h24, le 20 mai 2015 , Modifié à 15h39, le 20 mai 2015

Les Jeunes socialistes trollent Luc Chatel en ressortant une vidéo où il se prononçait pour la réforme du collège
Luc Chatel / MIGUEL MEDINA / AFP

REVIREMENT - Le 20 avril dernier, il y a pile un mois, la réforme du collège ne faisait pas (encore) polémique. Ce jour-là, Luc Chatel, député UMP et ancien ministre de l’Éducation nationale, était l’invité de la matinale de France Inter.

De cette interview, les Jeunes socialistes du MJS ont ressorti un extrait ce 20 mai. De cette séquence de 15 secondes, on n'y voit l’élu du parti de Nicolas Sarkozy défendre… la réforme du collège. Et ce, le jour même où l’UMP accuse le gouvernement de passer en force avec la parution du décret inscrivant la réforme dans le marbre. 

Que dit exactement Luc Chatel dans cet extrait exhumé par le MJS et publié sur leur compte Dailymotion ? Ça :

Il fallait une réforme du collège. Moi-même j’ai mis en œuvre une réforme du lycée parce qu’il y avait une urgence en la matière et donc elle était nécessaire. L’accompagnement personnalisé et le travail interdisciplinaire, ça va dans la bonne direction.

Une prise de position en faveur de la réforme un peu plus compliquée que cela en réalité. En effet, les Jeunes socialistes ont *légèrement* coupé la vidéo puisque dans les passages qui suivaient, l'ancien ministre de l'Éducation nationale dénonçait un certain nombre de points contenus dans la réforme qui met en rogne Bruno Le Maire

Juste après cette phrase, le député UMP disait également ceci :

Simplement, il ne faut pas que ça se fasse au détriment des fondamentaux. Le problème du collège, c’est que vous avez 18% des élèves qui rentrent en sixième en ne maîtrisant pas bien la lecture et l’écriture et le calcul. Le collège n’est pas capable de corriger les difficultés que l’on rencontre à la sortie de l’école primaire. C’est en ayant davantage de passerelles entre le primaire et le collège que l’on peut résoudre cela. Je ne suis pas sûr que l’urgence, ce soit des cours de développement durable. L’urgence c’est de renforcer les fondamentaux. Oui à l’accompagnement personnel, à l’interdisciplinaire, non à une dispersion, je suis favorable à un retour aux fondamentaux. 

Concernant "un nivellement vers le bas" que pourrait constituer la réforme, Luc Chatel évoquait déjà la disparition du latin et du grec. Il disait :

Je m'inquiète du risque qui est pris de faire disparaître l'enseignement du latin et du grec et des classes bilangues.

Pas si en faveur de la réforme que cela donc. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus