Les opposants à Nicolas Dupont-Aignan se réapproprient son insulte "d’idiots utiles"

Publié à 19h05, le 03 mai 2017 , Modifié à 19h14, le 03 mai 2017

Les opposants à Nicolas Dupont-Aignan se réapproprient son insulte "d’idiots utiles"
Plusieurs centaines de Yerrois se retrouvent tous les soirs devant la mairie pour manifester contre leur maire. © Capture d'écran Twitter
Image Victor Dhollande-Monnier


BRÈVE DE CAMPAGNE - Le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen ne passe toujours pas dans sa ville de Yerres, dans l’Essonne. Depuis que leur élu a franchi le Rubicon vendredi 28 avril, plusieurs centaines de personnes ont pris l’habitude de se retrouver tous les soirs pour manifester. Dans un entretien au Parisien ce mercredi 3 mai, "NDA" estime que ces habitants sont "les idiots utiles du système". Une critique que ses détracteurs apprécient. A tel point qu’ils ont décidé de se réapproprier cette "flatterie".

Dans un texte publié ce mercredi 3 mai sur Twitter, les opposants invitent Nicolas Dupont-Aignan à "leurs rassemblements". Ils tiennent aussi à "le remercier" pour les avoir aidé à trouver un nom à leur mouvement :

Notre mouvement citoyen manquait d’un nom. Vous venez de nous en donner un : les idiots utiles. Si nous, Yerrois, pouvons être utiles à réveiller les consciences endormies, nous acceptons avec honneur ce quolibet.

Contacté par le Lab, une habituée de ces rassemblements annonce la tenue d’un grand rassemblement, vendredi 5 mai place de la mairie à 19h30. "Ce maire ne parler pas en notre nom, il faut continuer à lui montrer notre désapprobation", précise-t-elle.

"Tous ces gauchistes qui viennent en bus protester devant ma mairie feraient mieux de protester contre Emmanuel Macron, qui va leur faire une loi Travail bis. Ce sont les idiots utiles du système", expliquait Nicolas Dupont-Aignan ce mercredi 3 mai au Parisien. "Ayant été réélu à Yerres [commune de 29.000 habitants] avec 80% des voix à trois reprises, il y a forcément des mécontents quant à mon choix du second tour", a-t-il poursuivi.

Nicolas Dupont-Aignan affirme également ne pas vouloir "démissionner", malgré la demande de démission de la totalité des maires de l'agglomération qu'il préside.

Du rab sur le Lab

PlusPlus