Les regrets de François Fillon sur la TVA sociale : "on a merdé"

Publié à 13h17, le 12 octobre 2015 , Modifié à 13h23, le 12 octobre 2015

Les regrets de François Fillon sur la TVA sociale : "on a merdé"

MEA CULPA – François Fillon est en mode "inventaire". Lui qui était déjà l’un des premiers à ouvrir l’inventaire du quinquennat de Nicolas Sarkozy poursuit sur ce credo. Après avoir reconnu que la politique menée entre 2007 et 2012 n’était "pas à la hauteur de la gravité de la crise", l’ancien Premier ministre consent aujourd’hui un manque de volonté sur la TVA sociale.

Invité des Grandes gueules sur RMC, ce lundi 12 octobre, le candidat à la primaire de la droite et du centre – qui prendra sa retraite, dit-il, s’il ne la remporte pas – regrette de n’avoir pas lancé le chantier de la TVA dite sociale plus tôt pendant le quinquennat. Il dit, mouillant au passage Nicolas Sarkozy, avoir "merdé" sur le sujet :

"

Si en 2007 on avait, comme on en avait le projet, mis en place la TVA sociale, c’est-à-dire baisser les charges sociales de 8 ou 9%, et augmenter la TVA… Je ne dis pas que c’est Nicolas Sarkozy qui m’a empêché de faire ça. C’est nous même qui avons… pour dire les choses simplement, on a merdé. On a merdé pourquoi ? Parce qu’on a eu la main qui a tremblé. C’est un enseignement que j’essaye de tirer sur tous les autres sujets. Vous vous lancez dans une réforme que si vous êtes sur de vouloir la faire.

"

La TVA sociale faisait partie du programme du candidat Sarkozy en 2007 mais la majorité avait été contrainte de reculer quelques semaines après la présidentielle, quand Jean-Louis Borloo avait été coincé par Laurent Fabius lors d’un débat entre les deux tours des élections législatives.

Revoir la vidéo de cet échange :


Nicolas Sarkozy et François Fillon avaient relancé le chantier en fin de quinquennat, en 2012, pour une mise en place prévue après l’élection présidentielle. François Hollande et le PS vainqueurs, ils avaient supprimé cette réforme avant d’augmenter à leur tour la TVA en expliquant que ce n’était pas celle de Nicolas Sarkozy.

Mais, début septembre 2015, dans le livre Le stage est fini écrit par la journaliste du Monde Françoise Fressoz, François Hollande avait esquissé un début de bilan, regrettant notamment d’avoir supprimé cette TVA sociale. Un mea culpa contredit par plusieurs de ses ministres.

Du rab sur le Lab

PlusPlus