L'étrange expression de Christophe Castaner qui explique avoir dû "jeter des gens" avec les contrats aidés

Publié à 11h25, le 14 septembre 2017 , Modifié à 11h25, le 14 septembre 2017

L'étrange expression de Christophe Castaner qui explique avoir dû "jeter des gens" avec les contrats aidés
"Tiens c'est par ici la sortie" © AFP
Image Sylvain Chazot


Dans le nouveau monde, il y a des gens qui ont réussi et d'autres qui ne sont rien. Il y a également des gens que l'on est obligé de "jeter" selon l'expression formulée ce jeudi 14 septembre sur franceinfo: par Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement. C'est dire si l'homme connaît l'importance des mots. Il est donc étonnant de le voir décrire, ainsi, le renvoi d'une personne.

Christophe Castaner parle des emplois aidés et de leur diminution décidée par le gouvernement. Ces emplois, réservés en priorité aux chômeurs de longue durée et aux jeunes, ont été utilisé par l'actuel porte-parole du gouvernement lorsqu'il était maire de Forcalquier, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Et il ne garde pas un très bon souvenir de cette expérience.

Il dit :

Ce que nous voulons c’est arrêter d’amener des gens dans des impasses. Vous avez un contrat aidé pendant six mois et au bout de six mois vous êtes jetés je l’ai utilisé comme maire et j’ai quelques fois dû jeter des gens parce que je les remplaçais par d’autres qui étaient aidés car eux n’étaient plus aidés.

À réécouter ci-dessous en vidéo :



Pour Christophe Castaner, les contrats aidés sont des emplois "précaires" et "mal-payés". "50 euros au- dessus du RSA…", précise le secrétaire d'État.  L'objectif du gouvernement est d'"arrêter d'emmener des gens dans des impasses". Comprendre : qu'ils arrêtent de se faire jeter. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus