L'étrange timing de l'annonce de candidature aux sénatoriales de Patrick Kanner

Publié à 13h43, le 21 août 2016 , Modifié à 15h36, le 21 août 2016

L'étrange timing de l'annonce de candidature aux sénatoriales de Patrick Kanner
Patrick Kanner © AFP
Image Etienne Baldit


LE CHOIX DANS LA DATE - Une annonce de candidature, c'est tout un art. En cette période pré-présidentielle, les prétendants aux diverses primaires expérimentent toutes les façons de se lancer, du traditionnel JT à la lettre aux militants en passant par la déclaration dans la presse ou encore la réunion/meeting avec moult fidèles et fans. Mais Patrick Kanner vient de défricher un terrain jusque-là inexploré par tous les autres : la cérémonie d'hommage à un soldat de la Première Guerre mondiale.

Samedi 20 août avait en effet lieu à Staple (Nord) une commémoration de la mémoire de Charlie Hillman, soldat néo-zélandais mort en 1916 dans cette petite commune proche de Saint-Omer et Dunkerque. Un "hommage émouvant et chaleureux", comme le rapporte La Voix Du Nord, rendu en présence d'Atene Andrews Hillman, l’arrière-petit-neveu du soldat décédé à 36 ans voilà un siècle, "en allant rejoindre les champs de bataille de la Somme". C'est en fin d'après-midi que Patrick Kanner, ancien président PS du département, s'est rendu sur place. Une plaque signalant la tombe de Charlie Hillamn a alors été dévoilée et le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a salué "ces hommes venus du bout du monde défendre la liberté au péril de leur vie", selon le récit du quotidien local.

Avant, donc, de changer radicalement de registre et de parler politique. Patrick Kanner a en effet profité de l'occasion pour annoncer sa candidature aux élections sénatoriales de 2017, expliquant :



Je souhaite demain représenter le Nord là où je serai le plus utile. [...] Je revendique une connaissance du département, je veux le servir encore et faire entendre sa voix dans l’élaboration des lois de la République.

Étrange moment pour faire part de ses ambitions personnelles... Le cabinet du ministre, joint par Le Lab ce dimanche, explique a contrario ce qui a motivé ce choix :



L'annonce était prévue depuis quelques jours. Se posait la question du moment opportun. C'est une élection qui va se jouer dans les environs de Lille. Il y avait une opportunité géographique à Staple, ça correspondait à quelque chose par rapport à l'enjeu. Le tempo n'est pas aberrant non plus : on est un an avant l'échéance, il va y avoir des désignations en fin d'année. Et puis c'était un rendez-vous avec un maire de gauche qui le soutient. Donc il y avait une collusion d'éléments.

Et d'avancer que la présence de la presse locale (La Voix du Nord, France Bleu Nord...) à cette cérémonie permettait de "cibler" l'impact de cette déclaration. "Auparavant, le maire avait présenté Patrick Kanner comme un élu très ancré, apprécié localement, donc la digression sur la candidature était moins baroque qu'il n'y paraît", fait-on encore valoir, évoquant une annonce "fluide" et "bien accueillie" par la centaine de personnes présentes. Avant d'ajouter :



Il y a eu deux temps. Patrick Kanner a d'abord fait un discours mémoriel sur ce que représentait le soldat, la Grande Guerre. Et puis il a déroulé sur la contingence de l'Histoire. Aujourd'hui, nous ne sommes pas dans un contexte de Troisième Guerre mondiale, mais les gens s'accrochent à la paix comme si c'était une évidence, alors que ce n'est pas le cas. Nous sommes dans une situation historique compliquée, avec une paix fragile, il y a un enjeu autour de la défense des valeurs de la République. Il a aussi déroulé le fil rouge de ce que pouvait être le rôle d'un élu local.

Certains ministres se sont, pour leur part, déjà déclarés candidats aux prochaines législatives. C'est le cas de Manuel Valls, Najat Vallaud-Belkacem et Sylvia Pinel. Quant à l'éventail complet des manières d'annoncer sa candidature, il est à retrouver ici avec tous les concurrents de la primaire de la droite.

[BONUS TRACK] Champ libre pour Lamy ?

Il y a aussi un enjeu politique local très fort autour de cette candidature. François Lamy, ancien ministre et aubryiste pur jus, lorgne sur la 1ère circonscription du Nord aux législatives 2017. Et ce dans un contexte toujours tendu entre Patrick Kanner et Martine Aubry.

En juillet, le premier disait vouloir "être parlementaire", arguant pouvoir "être un bon député, un bon sénateur". La députation, une ambition qui pouvait donc gêner François Lamy. Mais puisqu'il se lance finalement aux sénatoriales, la route de l'Assemblée nationale est déjà plus dégagée pour ce très proche de la maire de Lille...

Du rab sur le Lab

PlusPlus