L'ex-FN Aymeric Chauprade dénonce l'influence d'Alain Soral au Front national

Publié à 17h41, le 18 janvier 2016 , Modifié à 17h49, le 18 janvier 2016

L'ex-FN Aymeric Chauprade dénonce l'influence d'Alain Soral au Front national
Aymeric Chauprade et Alain Soral © Montage via AFP
Image Sylvain Chazot


Lorsqu'Aymeric Chauprade a annoncé, début novembre, qu'il quittait le Front national, l'eurodéputé visait surtout un ennemi : Florian Philippot. On apprend ce lundi 18 janvier que le poids du numéro 2 du FN n'est pas la seule raison qui a poussé Aymeric Chauprade à claquer la porte du parti de Marine Le Pen. L'influence d'Alain Soral au sein du parti frontiste a aussi joué.  

Interrogé par Street Press, l'ancien conseiller sur les questions internationales de Marine Le Pen dit :

L’influence d’Alain Soral sur une partie du Front National a été l’une des raisons de fond qui m’ont poussé à quitter ce mouvement.

Alain Soral, anciennement proche de Marine Le Pen, connu pour son antisionisme notoire et son antisémitisme assumé, aurait donc d'après Aymeric Chauprade, une "influence" sur "une partie" du FN. Oui mais laquelle ? L'été dernier, après avoir assisté à l'anniversaire de Jean-Marie Le Pen, il a officiellement créé avec Dieudonné le parti politique "Réconciliation nationale".

Aymeric Chauprade lui-même reconnait avoir diné une fois avec Alain Soral et… Frédéric Châtillon, proche de Marine Le Pen. À la tête de la société Riwal, Frédéric Châtillon a été mis en examen en janvier 2015 dans le cadre de l'enquête sur le financement  du FN.

Concernant le dîner en question, Aymeric Chauprade raconte avoir eu "l’impression d’être auditionné, comme pour voir si [sa] ligne était compatible". Il dément en revanche avoir sollicité l'aide de "cet antisémite" d'Alain Soral pour les européennes de 2014.

Comme le rappelle Street Press, dans une vidéo de septembre 2014, Alain Soral explique qu'Aymeric Chauprade a demandé à Égalité & Réconciliation de tracter pour lui lors des européennes.

D'autres membres d'Égalité & Réconciliation seraient proches du FN. C'est le cas par exemple de Stéphane Perez, candidat frontiste lors des municipales à Bagnols-sur-Ceze, dans le Gard, et adhérent de l'association d'Alain Soral. Élu conseiller municipal, il a quitté le FN, estimant que la parti a pris "un virage anti-islam"

Du rab sur le Lab

PlusPlus