L'explication ratée de Pascale Boistard pour démontrer que le gouvernement est paritaire alors qu'il compte 15 femmes et 17 hommes

Publié à 11h10, le 29 avril 2015 , Modifié à 11h11, le 29 avril 2015

L'explication ratée de Pascale Boistard pour démontrer que le gouvernement est paritaire alors qu'il compte 15 femmes et 17 hommes
Pascal Boistard © BERTRAND GUAY / AFP

SEXISTE ET RÉDUCTEUR – La France célèbre ce mercredi 29 avril le 70e anniversaire du premier vote des femmes. L'occasion pour la secrétaire d'État chargée des Droits des femmes Pascale Boistard de rappeler que le combat pour l'égalité entre les sexes est loin d'être terminé.

Invitée d'iTÉLÉ ce mercredi 29 avril, l'élue commence en énonçant un principe. "Les femmes sont un peu plus nombreuses que les hommes dans la population, dit-elle. Elles ont été très raisonnables puisqu'elles n'exigent que d'être à 50/50 dans les postes à pouvoir, que ce soit politique ou économique."

Concrètement, il est heureux que les femmes "n'exigent que d'être à 50/50 dans les postes à pouvoir". Et pour cause : 70 ans après le premier vote des femmes, la parité est loin d'être effective, et notamment au gouvernement.

À l'antenne, Pascale Boistard annonce le contraire. "C'est la première fois qu'un gouvernement est à parité". Et quand le journaliste d'iTÉLÉ lui rappelle que l'équipe Valls II est composée de 15 femmes et de 17 hommes, sans compter le Premier ministre, la secrétaire d'État s'en sort d'une pirouette un tantinet incompréhensible.

Elle dit :

"

C'est en parité au niveau des secrétaires d'État et des ministres. C'est une parité dans ce gouvernement. C'est une volonté aussi politique.

 

"

Dans les faits, le gouvernement Valls II compte 16 ministres, dont 8 femmes et 8 hommes. Puisque 8=8, la parité est bien réelle à ce niveau-là.

En revanche, au niveau des secrétaires d'État, c'est un peu plus compliqué. L'équipe gouvernementale compte 16 secrétaires d'État, dont 7 femmes et 9 hommes. Voilà pourquoi Valls II se retrouve avec 15 femmes et 17 hommes pour 32 postes. CQFD.

Le départ de Geneviève Fioraso pour raisons de santé n'a pas arrangé la donne. L'ancienne secrétaire d'État à l’Enseignement supérieur a vu son portefeuille récupéré par Najat Vallaud-Belkacem, déjà en charge de l’Education nationale. Geneviève Fioraso n'ayant pas été remplacée, c'est un poste gouvernemental tenu par une femme qui a été supprimé. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus