Malaise de Myriam El Khomri : Jean-Marie Le Guen pointe la responsabilité des "gens de gauche"

Publié à 09h30, le 01 mars 2016 , Modifié à 09h59, le 01 mars 2016

Malaise de Myriam El Khomri : Jean-Marie Le Guen pointe la responsabilité des "gens de gauche"
Jean-Marie Le Guen © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Image Sylvain Chazot


Myriam El Khomri a été hospitalisée ce mardi 1er mars en raison d'un "petit malaise", explique le cabinet de la ministre du Travail. Elle sera donc, pour quelques heures au moins, contrainte au repos forcé. Ce pépin de santé survient au lendemain de l'annonce par le gouvernement du report du projet de loi sur la réforme du travail.

Ce coup de fatigue n'est sûrement pas dû au hasard, estime pour sa part Jean-Marie Le Guen sur France Inter. Le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement évoque un épisode de fatigue déjà survenu "il y a trois semaines" chez la ministre du Travail. Puis, après lui avoir souhaité "un prompt rétablissement", Jean-Marie Le Guen pointe la responsabilité de certains, à gauche, qui ont beaucoup critiqué sa collègue du gouvernement.

Il dit :

La manière dont cette jeune ministre est attaquée, parfois par des gens de gauche, pèse beaucoup sur elle. Je veux lui dire aussi toute mon amitié, ma solidarité, et appeler tout le monde à un peu plus de retenue, de fraternité.

Et Jean-Marie Le Guen de considérer que Myriam El Khomri est aussi attaquée violemment parce que c'est une femme, comme le lui demande la journaliste de France Inter :

Elle est plus durement attaquée, y compris par des femmes.

Car, en plus les femmes ne sont pas très gentilles entre elles, sous-entend donc Jean-Marie Le Guen.

De nombreuses voix se sont élevées, à gauche, pour critiquer certaines mesures du projet de loi sur la réforme du travail. L'une des paroles plus entendues fut celle de Martine Aubry, évidemment, considérant que cette loi "n'est pas de gauche". Une nouvelle fois, la gauche s'est donc affrontée à coup de "valeurs". Et, de ce point de vue, Jean-Marie Le Guen a clairement choisi son camp. Véritable sniper de Manuel Valls, il n'hésite jamais sortir l'artillerie lourde contre ces rabat-joie qui ne font rien qu'à critiquer le gouvernement. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus