Malgré le non de Mélenchon au "café facho", Philippot aimerait "travailler ponctuellement" avec le leader de la France insoumise

Publié à 09h44, le 30 octobre 2017 , Modifié à 09h44, le 30 octobre 2017

Malgré le non de Mélenchon au "café facho", Philippot aimerait "travailler ponctuellement" avec le leader de la France insoumise
Florian Philippot © GABRIEL BOUYS / AFP
Image Sylvain Chazot


Ce fut un "non" franc et massif. En juillet dernier, isolé au Front national, Florian Philippot avait tenté de se rapprocher d'autres "patriotes" de droite comme de gauche. Il avait ainsi proposé à Laurent Wauquiez et Jean-Luc Mélenchon de prendre un café avec lui. Et ce fut : un échec. "Les Insoumis préfèrent le café chaud au café facho", lui avait répondu Alexis Corbière.

Pas encore calmé par cette première douche froide, Florian Philippot revient à la charge ce lundi 30 octobre. Invité de franceinfo, le chef des Patriotes explique qu'il aimerait travailler "ponctuellement" avec Jean-Luc Mélenchon. Il dit :

Par exemple sur la loi Travail, là on était d'accord sur l'analyse. Moi je pense que la politique moderne consisterait à ce qu'on puisse travailler ensemble, ponctuellement, sur un sujet, par exemple pour faire échec à cette loi Travail pour proposer autre chose et aller dans le sens de l'intérêt national. Et ensuite on reprend nos chemins.

Alors attention, Florian Philppot n'en est pas à dire que Jean-Luc Mélenchon est sans défaut. "D'abord, il n'est pas clair du tout sur la souveraineté nationale parce que je pense malgré tout qu'il subsiste un problème chez lui, dans sa famille politique, avec la nation", commence le leader des Patriotes. L'ancien n°2 du FN poursuit :

Et 2, sur l'islamisme radical et le fondamentalisme, ils sont quand même au moins naïfs. Il y a quand même des propos chez certains de leurs députés qui ne sont pas acceptables, des atténuations qui ne sont pas acceptables, sur l'islamisme, qui fait du tort aux droits des femmes et qu'il faut combattre avec la grande énergie. Ça, je trouve que ce manque de clarté est quand même rédhibitoire chez Mélenchon.

Des critiques tout en rondeur, sans en faire trop. Mais des critiques quand même. Mais malgré certains soucis " rédhibitoire", Florian Philippot aimerait "travailler ponctuellement" avec le leader de la France insoumise. 

En juillet, il expliquait vouloir prendre un café avec Laurent Wauquiez et Jean-Luc Mélenchon. "Mais qu'on discute, que l'on voie ce qui nous oppose. On n'est pas en guerre civile. Il faut qu'on soit constructifs, tout en ne niant pas nos divergences qui sont parfois très importantes", avait-il lancé. Une invitation restée lettre morte. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus