Manifestations contre la loi Travail : Emmanuel Macron ne veut "rien céder aux fainéants"

Publié à 14h30, le 08 septembre 2017 , Modifié à 18h14, le 08 septembre 2017

Manifestations contre la loi Travail : Emmanuel Macron ne veut "rien céder aux fainéants"
Emmanuel Macron s'adressant aux loser. © LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

Emmanuel Macron est un Président qui veut sa parole, pardon, sa "pensée complexe", rare. Sauf que, du coup, cela augmente sensiblement le taux de "dérapages".

Au Lab, sa dernière sortie nous a inspiré ceci : 





À Athènes ce vendredi 8 septembre, le chef de l'État prononce un discours sur la refondation de l'Europe, refondation qui passe par des réformes, réformes qu'il a déjà commencé à engager, notamment concernant le Code du travail, via ordonnances.

Affichant sa "détermination absolue" quant à ses réformes, comme le rapporte Le Figaro, Emmanuel Macron a tenu à mettre en garde quiconque s'y opposerait. Alors que deux manifestations sont déjà prévues à l'agenda : les 12 et 23 septembre, respectivement à l'appel de la CGT et de La France insoumise.

Et si Emmanuel Macron veut réformer "sans brutalité, avec calme, avec explication, avec sens", il adresse tout de même ce message à ses opposants :



Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes.






Un passage captée par BFMTV, à voir ci-dessous :



Big up aux fainéants, aux cyniques et aux extrémistes. Sachez qu'Emmanuel Macron a, par la suite, ajouté deux catégories à la liste des adversaires de la start-up nation : "l'égoïsme" et "les pessimistes". Autant dire que si tout ce beau monde descend dans la rue, ça va être 1995 pour le juppéiste Edouard Philippe.

Jean-Luc Mélenchon, patron des députés LFI, a été le premier responsable politique à réagir, suivi par plusieurs de ses camarades (et Florian Philippot). Ils tweetent :















Emmanuel Macron s'était déjà fait remarqué en mettant en opposition "les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien" ou en déclarant, en pleine campagne présidentielle à un militant CGT :

Vous n'allez pas me faire peur avec votre t-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler.

Des remarques qui avaient valu au président de la République d'être (déjà) affublé de "mépris de classe" par certains, comme Benoît Hamon.









[EDIT 17h50]

Alors que les réactions se multiplient face aux propos d'Emmanuel Macron, l’Élysée tente de désamorcer la situation en faisant savoir qu'avec le terme "fainéants", le Président visait "ceux qui étaient au pouvoir ces quinze dernières années et qui n'ont rien fait", rapporte BFMTV.





Pas de précision concernant les "cyniques", les "extrêmes" ou les "pessimistes".

Du rab sur le Lab

PlusPlus