Manuel Valls candidat : l’opposition l’attaque sur le bilan de François Hollande

Publié à 20h29, le 05 décembre 2016 , Modifié à 20h29, le 05 décembre 2016

Manuel Valls candidat : l’opposition l’attaque sur le bilan de François Hollande
Bernard Accoyer et Jean-Christophe Lagarde. © Montage le Lab via AFP.

Les éléments de langage de la droite et du centre pour répliquer à la candidature présidentielle de Manuel Valls ne sont pas durs à dénicher. A peine le futur ex-Premier ministre annonçait-il ce lundi 5 décembre sa candidature élyséenne que des élus LR et UDI l’ont attaqué. L’angle d’attaque : le bilan de François Hollande dont il est le Premier ministre depuis avril 2014.

Nouveau patron de Les Républicains, Bernard Accoyer a, dans un communiqué, jugé que Manuel Valls était "le légataire universel du hollandisme". Et d’ajouter :

"

Il est tout autant comptable que François Hollande du bilan calamiteux du quinquennat.

"

L’ancien président de l’Assemblée nationale estime également que Manuel Valls "peinera à incarner un autre projet pour la France que celui du prolongement d’un quinquennat de l’échec".

Même son de cloche chez les députés sarkozystes Eric Ciotti et Sébastien Huyghe :

Au centre également, on a choisi la "coresponsabilité" de Manuel Valls et François Hollande pour attaquer le tout frais candidat à la primaire de la Belle alliance populaire. Ainsi Jean-Christophe Lagarde, patron de l’UDI :

"

Difficile pour Manuel Valls d’être candidat après avoir défendu que le bilan était si triste qu’il fallait que François Hollande renonce.

"

Ou encore Philippe Vigier, chef de file des députés UDI à l’Assemblée nationale. "Manuel Valls vient d'ajouter son nom à la longue liste des candidats de gauche comptables, de près ou de loin, du désastreux bilan socialiste que François Hollande a lui-même renoncé à défendre", explique l’élu centriste dans un communiqué, ajoutant :

"

Tous les ingrédients sont réunis pour que la primaire socialiste ne soit qu'un prolongement du quinquennat de François Hollande.

 

"

Des éléments de langage que vous risquez d’entendre beaucoup ces prochains jours dans les bouches d’élus de l’opposition et du Front national. Mais aussi parmi les candidats de l’aile gauche du PS qui voudront faire tomber le futur ex-résident de Matignon à la primaire du PS.

Du rab sur le Lab

PlusPlus