Manuel Valls explique à des enfants qu'il "habite avec François Hollande"

Publié à 15h43, le 02 décembre 2016 , Modifié à 15h46, le 02 décembre 2016

Manuel Valls explique à des enfants qu'il "habite avec François Hollande"
Manuel Valls © Capture d'écran FranceInfo:

Quand vous l'interrogez ce vendredi 2 décembre sur ses ambitions futures, au lendemain de la décision de François Hollande de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle, Manuel Valls esquive. En déplacement à Nancy, il se contente d'un sourire, et basta. L'heure n'est pas encore, pour le Premier ministre, à l'annonce d'une candidature à la primaire de "la Belle alliance populaire".

Le stratagème fonctionne avec les journalistes, beaucoup moins avec les enfants. Ainsi, lorsqu'un jeune garçon s'adresse à Manuel Valls et le questionne sur sa relation avec François Hollande, le Premier ministre ne peut s'en tirer en montrant gentiment les dents. Le chef du gouvernement répond. Une phrase. Guère plus. Mais le choix des mots est savoureux, comme le montre l'échange capté par FranceInfo: :

"

-          Enfant : Toi t'habites avec François Hollande ?



-          Manuel Valls : Ouais ! On habite tous les deux ensemble !

"

Un échange à voir ci-dessous en vidéo :



Ce n'était donc pas "une crise de régime" qui avait lieu au sommet de l'exécutif mais une cohabitation nouvelle génération. Face aux enfants, et avec humour certes, le Premier ministre admet cette dualité. Pourtant, jusqu'à preuve du contraire, Manuel Valls ne vit pas à l'Élysée. Du moins pas encore.

Mais les mots du chef du gouvernement ont évidemment une saveur particulière depuis la déclaration, jeudi 1er décembre, du Président, en direct depuis l'Élysée. En décidant de ne pas briguer un second mandat, François Hollande laisse le champ libre à son Premier ministre. Ce dernier avait prévenu qu’il serait candidat "dans la minute" où son n+1 abandonnerait. De nombreux élus socialistes légitimistes s’étaient déportés depuis quelques semaines sur ce plan B avec Manuel Valls.

Du rab sur le Lab

PlusPlus