Manuel Valls explique qu'il ne croyait pas du tout à ce qu'il disait lorsque, Premier ministre, il s'opposait à la suppression de l'ISF proposée par Macron

Publié à 09h18, le 06 octobre 2017 , Modifié à 09h39, le 06 octobre 2017

Manuel Valls explique qu'il ne croyait pas du tout à ce qu'il disait lorsque, Premier ministre, il s'opposait à la suppression de l'ISF proposée par Macron
© AFP
Image Etienne Baldit


Au fil du temps, l'avis de Manuel Valls sur l'impôt de solidarité sur la fortune est des plus fluctuants. Candidat transgressif à la primaire socialiste de 2011, il voulait le "supprimer sans tabou". Premier ministre en avril 2016, il recadrait sévèrement Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, qui avait évoqué cette idée. "Au nom même de la justice, [...] supprimer l'impôt sur la fortune [...] serait une faute", disait-il à l'époque avec conviction. Député pro-Macron en octobre 2017, le même homme soutient aujourd'hui la suppression de l’ISF, remplacé par le très polémique IFI (impôt sur la fortune immobilière), dans le budget présenté par le gouvernement... et explique qu'il n'a même jamais vraiment été contre.

Sur BFMTV vendredi 6 octobre, l'ex-Premier ministre n'échappe pas à une petite question sur cette contradiction. "Vous étiez contre la suppression de l'ISF je me souviens, en avril 2016", lui fait remarquer Jean-Jacques Bourdin. Et Manuel Valls d'assumer son parcours sinueux sur la question : 

Et avant j'étais pour ! Mais parce que j'étais Premier ministre, aussi, parce que je tenais compte de ce que disait le président de la République et de ce que pensait la majorité [parlementaire, ndlr]. Quand vous êtes Premier ministre, vous faites des arbitrages, vous écoutez votre majorité, parfois trop mais c'est ainsi, et en tout cas vous avancez. 

Une sortie à revoir en vidéo :





Lorsqu'il défendait le maintien de l'ISF dans son costume de chef du gouvernement et "au nom de la justice", Manuel Valls n'y croyait donc pas du tout. Il ne faisait que se plier à l'avis du boss de l'époque, François Hollande, et de la majorité du Parti socialiste. Une formation qu'il a depuis quittée pour se faire réélire député en tant que soutien de la politique d'Emmanuel Macron... après avoir surjoué la confrontation avec ce dernier durant des mois au gouvernement.





À LIRE SUR LE LAB :

Maquillage, mises en scène et animal de compagnie : Manuel Valls voit du Sarkozy chez Macron

Manuel Valls reconnaît que, "sincèrement", il ne pensait pas devenir Président en 2017

Du rab sur le Lab

PlusPlus