Manuel Valls répond à Donald Trump sur Twitter : "La France est toujours la France"

Publié à 06h39, le 28 juillet 2016 , Modifié à 14h48, le 28 juillet 2016

Manuel Valls répond à Donald Trump sur Twitter : "La France est toujours la France"
Manuel Valls vs Donald Trump © Montage Le Lab via AFP
Image Etienne Baldit


DEAR MR NOMINEE - Il arrive à Manuel Valls de s'adresser à des présidents américains fictifs sur les internets. Lorsque Franck Underwood, locataire de la Maison Blanche dans House of Cards, se moque de lui et de l'usage du 49.3, via le compte Twitter officiel de la série, le Premier ministre français n'hésite pas à contre-troller. Mais il arrive aussi au chef du gouvernement de parler à de véritables responsables politiques venus d'outre-Atlantique. Mercredi 27 juillet au soir, il a ainsi tenté une communication directe avec Donald Trump. 

Manuel Valls, qui a récemment dénoncé la "trumpisation" d'une partie de l'opposition en France, a manifestement peu goûté les récents propos du candidat républicain à la présidentielle américaine sur les attentats survenus dans l'Hexagone ces 15 derniers jours. "La France n'est plus la France", a notamment déclaré l'homme d'affaires lors d'une conférence de presse mercredi, au lendemain de l'assassinat du père Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray, par deux terroristes se revendiquant de Daech. Ni une ni deux, le Premier ministre français a empoigné son smartphone pour lui adresser cette réponse en anglais :





"La France est toujours la France et la France est forte, monsieur Trump", rétorque donc Manuel Valls à l'intéressé. On doute que cela ait un quelconque effet sur la teneur des analyses du prétendant à la Maison Blanche, mais on ne pourra pas dire que les autorités françaises seront restées silencieuses face au discours de ce dernier. 

Lors d'une conférence de presse en Floride, Donald Trump a mentionné le meurtre du père Jacques Hamel et cité un "ami", qui, a-t-il dit, voulait se rendre en France "il y a trois ou quatre mois". "Je l'ai vu hier. Je lui ai demandé : 'Tu as aimé la France ?' Il m'a dit : 'Je n'irai pas en France. Je n'irai pas en France'. Ils ne vont pas m'aimer pour dire ça, mais regardez ce qui s'est passé à Nice. Vous avez vu ce qui s'est passé hier avec le prêtre [...] La France n'est plus la France."

On ignore, en revanche, ce que pensent les autres responsables politiques français de ces propos trumpesques. Et notamment Marine Le Pen, qui se revendique "patriote" parmi les "patriotes", et qui soutient officiellement Donald Trump face à Hillary Clinton pour la présidentielle américaine, se voyant même un certain nombre de points communs avec le candidat du parti Républicain



[EDIT 14h45]

Depuis Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), où il était venu lancer un chantier d'élargissement de l'autoroute A9, François Hollande a, lui aussi, répondu à Donald Trump, mais sans le nommer :



La France sera toujours la France parce que la France, elle ne cède jamais et parce que la France, elle porte toujours des idéaux, des valeurs, des principes qui font que nous sommes reconnus partout dans le monde. Et c'est quand on s'abaisse qu'on ne se ressemble plus. Ça peut arriver à d'autres, outre-Atlantique.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus