Manuel Valls tentant de valider sa candidature En Marche ! : "Je clique, je clique, mais ça ne marche pas"

Publié à 12h32, le 10 mai 2017 , Modifié à 12h47, le 10 mai 2017

Manuel Valls tentant de valider sa candidature En Marche ! : "Je clique, je clique, mais ça ne marche pas"
Manuel Valls rencontrant quelques problèmes techniques. © ERIC CABANIS / AFP
Image Le Lab

Antonin André pour

"Je serai candidat de la majorité présidentielle", a annoncé Manuel Valls, mardi 9 mai sur RTL, sans avoir prévenu ni Emmanuel Macron, ni personne. Quelques minutes plus tard sur l’antenne d’Europe 1, Benjamin Griveaux a sèchement rétorqué que l’ancien Premier ministre "aurait dû déposer sa candidature comme chacun". Et le porte-parole du Président élu d’ajouter qu’il lui restait encore "24 heures" pour s’inscrire sur la plateforme comme tout le monde.

Alors dans la foulée, Manuel Valls a téléphoné à Jean-Paul Delevoye, président de la commission d’investiture, pour plaider directement sa cause. Et la scène, rapportée à Europe 1, ne manque pas de piquant. Manuel Valls a visiblement rencontré quelques problèmes techniques, lui a-t-il expliqué :

Jean-Paul, je ne comprends pas. Je clique, je clique sur votre site, mais ça ne marche pas…

Courtois, Jean-Paul Delevoye lui répond qu’il ne peut rien y faire, que la procédure est la même pour tous. L’ancien ministre de Jacques Chirac dit aussi à Manuel Valls que beaucoup redoutent qu’il veuille obtenir l’investiture pour ensuite constituer un petit groupe de fidèles autour de lui à l’Assemblée nationale et jouer les frondeurs d’Emmanuel Macron. "Non, plaide Manuel Valls, ma démarche est individuelle, sincère". Il ajoute comme preuve de sa bonne foi :  

J’ai échoué là où Emmanuel Macron a réussi. Je veux le rejoindre, participer.

Formellement, la porte n’est pas fermée. Politiquement, en revanche, c’est un peu plus compliqué. Mardi, dans la foulée de l’annonce de Manuel Valls, le QG d’Emmanuel Macron a été pris d’assaut par des appels de dizaines et de dizaines de candidats et militants d’En Marche ! pour dire : "Non, ne le prenez pas !" Certains sont allés jusqu’à menacer : "Si vous prenez Valls, je vais direct au Front National".

Car au-delà du rejet que peut susciter la personnalité de Manuel Valls, il suffit d’un passe-droit, d’un non-respect de la procédure (la même pour tous les candidats) pour que l’essence et le sens de la démarche engagée par Emmanuel Macron soit remise en cause.

Ce mercredi sur Europe 1, Jean-Paul Delevoye a fait savoir que la candidature de Manuel Valls ne remplissait pas les critères d'une investiture En Marche !. Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS, a en outre annoncé "une procédure" contre l'ancien Premier ministre "devant la commission des conflits" du PS.

Du rab sur le Lab

PlusPlus