Marc Schwartz pressenti pour présider le fonds Google

Marc Schwartz pressenti pour présider le fonds Google
Eric Schmidt, PDG de Google, Nathalie Collin, Marc Schwartz et François Hollande.

Un accord a été conclu entre les éditeurs de presse et Google. Principal élément de l'accord : la mise en place d'un fonds financé par Google doté de 60 millions d'euros pour "faciliter la transition de la presse vers le monde numérique". Selon les informations du Lab, la présidence du fonds Google est proposée à Marc Schwartz, médiateur sur ce dossier entre les éditeurs de presse et la firme américaine. 

Cet associé du cabinet Mazars, ancien conseiller de Dominique Strauss-Kahn, pourrait présider un conseil chargé de déterminer les projets à financer. Dans ce conseil, dont le nom reste à définir, 7 membres siègeront. Parmi eux, Nathalie Collin, présidente de l'Association de la presse d'information politique et générale et Carlo d'Asaro Biondo, président Europe du Sud et de l'Est de Google, sont aussi pressentis pour y prendre une place. 

Selon nos informations, le fonds a une durée de vie prévue entre 3 et 5 ans. Au Lab, Fleur Pellerin, ministre déléguée à l'Economie numérique a précise : 

Ces 60 millions ne sont pas une pure subvention à la presse mais plutôt une aide à la transition numérique pour financer des projets nouveaux.

Un accord jugé "plutôt smart", par la ministre. 

Et une fois le fonds écoulé ?"Il faudra une nouvelle rencontre", a signalé François Hollande sous forme de petite blague lors de la conférence de presse à l'Elysée. 

Outre la création de ce fonds Google, "un peu comme une fondation", selon Fleur Pellerin, l'autre volet de l'accord est commercial. Google a promis de mettre à disposition ses produits de régies publicitaires pour les éditeurs de presse. 

Entre les mains de Marc Swartz, les quatre pages du protocole d'accord signé par Google et les éditeurs de presse : 

Paul Larrouturou et Ivan Valerio.