Marine Le Pen diffuse des images d'exécutions de Daech pour se plaindre de Jean-Jacques Bourdin

Publié à 10h09, le 16 décembre 2015 , Modifié à 13h26, le 16 décembre 2015

Marine Le Pen diffuse des images d'exécutions de Daech pour se plaindre de Jean-Jacques Bourdin
© Capture d'écran BFMTV
Image Sylvain Chazot


Le Front national semble être un tout petit peu tendu depuis le second tour des élections régionales. Le système / la caste / les mondialistes / (rayez la mention inutile) se sont ligués contre le parti de Marine Le Pen qui, du coup, n'a gagné aucune région alors qu'il était arrivé en tête dans six d'entre elles au premier tour. Le camp frontiste est énervé.

Ce mercredi 16 décembre, Marine Le Pen a décidé de diffuser sur Twitter des images d'exactions commises par les terroristes de Daech. On y voit un homme écrasé par les chenilles d'un char d'assaut, un autre brûlé vif dans une cage. Sur le dernier message, on découvre le corps d'un homme décapité, sa tête posée sur son dos…

Voici les tweets en question, floutés par nos soins pour des raisons de décence.










Les messages sont signés MLP, signe qu'ils ont bien été postés par Marine Le Pen elle-même. Ils ont été retweetés par Alain Vizier, responsable presse du FN, et Louis Aliot, eurodéputé FN et compagnon de Marine Le Pen. 

La raison de la colère, ce sont les mots de Jean-Jacques Bourdin, ce mercredi sur RMC et BFMTV.





Face au politologue Gilles Kepel, Jean-Jacques Bourdin a évoqué les "liens pas directs entre Daech et le Front national  mais ce repli identitaire, qui finalement est une communauté d'esprit". Revenant sur les travaux du politologue qui montrent les développements parallèles du FN et du djihadisme, il a ajouté  :

L'idée pour Daech, c'est de pousser la société française au repli identitaire.

Interrogée par le Lab pour savoir si elle ne pensait être allée trop loin en diffusant ces images, Marine Le Pen s'est défendue. "Ah bon, ce n'est pas Bourdin qui va loin en faisant un parallèle entre ces barbares et le Front ?" a-t-elle demandé. Elle a ajouté : 

C'est la deuxième fois qu'il se permet ce genre de comparaison, c'est inadmissible ! Madame Elkrief a fait la même chose dimanche soir. Il est manifestement bon de leur rappeler les atrocités de Daesh pour qu'ils prennent conscience de l'énormité de leur comparaison.

Marine Le Pen conclut en expliquant que la presse avait été "moins prude pour diffuser massivement la photo du petit Aylan". Cela était déjà l'argument de ceux, y compris au FN, qui avaient diffusé la photo du massacre du Bataclan

Le FN a pris le relais, invitant ses ouailles à faire savoir à RMC ce qu'elles pensent du commentaire de Jean-Jacques Bourdin. Tout va bien.





Et puis il fallait s'y attendre : jamais avare en matière de provocation plus que limite, Gilbert Collard y est lui-aussi allé de son image de cadavre




En pleine campagne des régionales, François Patriat, sénateur PS de Côte d'Or, a estimé que "voter FN, c’est voter Daech". Après le premier tour, le député PS Erwann Binet s'était ironiquement demandé où était le communiqué de Daech se félicitant des scores du FN

Le 20 novembre, c'est Éric Coquerel, coordinateur du Parti de Gauche, qui estimait que "le FN est l'allié objectif des terroristes".

Mais cet argumentaire n'a pas attendu le vendredi 13 novembre pour exister. Dès septembre, Gérald Darmanin disait : "La seule chose qui peut faire gagner Marine Le Pen, c’est un attentat 48 heures avant. C’est la candidate de Daech." 



[EDIT 12h] Ajout tweet de Gilbert Collard

Du rab sur le Lab

PlusPlus