Marine Le Pen "ne pense pas" ne pas être qualifiée au second tour de la présidentielle

Publié à 21h31, le 05 avril 2017 , Modifié à 21h56, le 05 avril 2017

Marine Le Pen "ne pense pas" ne pas être qualifiée au second tour de la présidentielle
© Montage photos Le Lab via captures d'écran CNEWS

C'était le premier et sauf coup de théâtre le seul débat entre les 11 candidats à la présidentielle. Mardi 4 avril, sur BFMTV et CNEWS, Marine Le Pen a été mise en difficulté par certains adversaires, comme Philippe Poutou, attaquée sur ses chevaux de bataille. Difficile de savoir si ce débat organisé à moins de trois semaines du premier tour aura des conséquences électorales pour la candidate du FN.

Besoin de se rassurer après ce débat compliqué ou assurance liée aux bons sondages ? Invitée de CNEWS ce mercredi 5 avril, la responsable d’extrême-droite a en tout cas affiché sa confiance quant à ses chances de qualification pour le second tour. Voici cet échange avec le journaliste Jean-Pierre Elkabbach :

 

"

Journaliste : Vous avez noté que chaque candidat dit favori veut faire barrage à Marine Le Pen. Parce qu’ils sont presque tous persuadés que vous serez au deuxième tour. Est-ce que vous pourriez ne pas l’être ?



Marine Le Pen : Je ne pense pas. Je ne pense pas. 



Journaliste : Vous avez lu dans une boule de cristal ?



Marine Le Pen : Non, je ne lis pas dans une boule de cristal. Je regarde les dernières élections et je vois qu’aux européennes, aux départementales et régionales nous étions le premier parti de France.

 

"

La candidate du FN est à ce stade en position de se qualifier pour le second tour, récoltant aux alentours de 25 % des voix selon les différents sondages. La veille, elle avait toutefois récusé le statut de favorite du premier tour. "Ce n’est pas une histoire de favorite. (…) Il faut que je sois présente au second tour, c’est essentiel", avait estimé Marine Le Pen sur Public Sénat et Sud Radio.

En janvier dernier, la présidente du FN imaginait défier Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle. "Oui, je pense qu’il y a aujourd’hui plus de chances de voir un second tour entre une patriote décomplexée et un mondialiste décomplexé que le mondialisme honteux que représente François Fillon", déclarait-t-elle.

Marine Le Pen n'évoque pas de second tour face à Jean Lassalle. L'ex-MoDem croit toutefois en sa bonne étoile. "L'affiche du second tour est quasiment connue : ce sera certainement Madame Le Pen, puisqu’elle est installée d’office, contre moi", affirmait le candidat le 27 mars. 

 





 

[BONUS TRACK] Un proche de Mélenchon "pense qu’on peut gagner cette élection"

Marine Le Pen n’est pas la seule à se montrer confiante. Jean-Luc Mélenchon et ses proches affichent eux aussi leur optimisme, alors que les sondages donnent le candidat de la France insoumise à la quatrième place, nettement devant Benoît Hamon et juste derrière François Fillon. Voici ce qu’a affirmé le coordinateur politique du Parti de gauche Eric Coquerel à publicsenat.fr :

 

 

"

Je pense qu’on peut gagner cette élection, sincèrement. C’est comme dans Alice au pays des merveilles. La difficulté n’est pas de traverser le miroir, mais le moment où on peut le faire. Beaucoup de gens sont en train de le faire. Ça peut nous amener au second tour.

"

Sur Europe 1, Julien Dray a de son côté estimé ce mercredi soir qu’un second tour entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon "est une possibilité qu’il n’écarte plus". Le conseiller régional socialiste d’Ile-de-France avait juste avant évoqué l’incertitude qui plane sur le vote des électeurs. "Cette élection est atypique. Je suis très inquiet car il peut se passer plein de choses. Il y a des mouvements erratiques qui peuvent se faire encore, il faut être très attentif. Quasiment un électeur sur deux ne sait pas encore pour qui voter", a-t-il détaillé. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus