Marine Le Pen n'écarte pas l'hypothèse d'un Jean-Marie Le Pen président d'honneur du FN jusqu'en 2017

Publié à 10h16, le 07 septembre 2015 , Modifié à 14h37, le 07 septembre 2015

Marine Le Pen n'écarte pas l'hypothèse d'un Jean-Marie Le Pen président d'honneur du FN jusqu'en 2017
Jean-Marie Le Pen © AFP

Et s'il restait, malgré tout ? Malgré ses provocations, malgré la volonté de Marine Le Pen de l'écarter définitivement, malgré le conflit ouvert (et surtout malgré son exclusion du parti)... il existe en effet une possibilité de voir Jean-Marie Le Pen occuper la fonction de président d'honneur du FN jusqu'en 2017. Ce que sa présidente de fille semble prête, sous conditions, à tolérer.

Contactée par Le Lab lundi 7 septembre, la patronne frontiste ne disqualifie pas catégoriquement ce scénario. Ce dernier dépend toutefois 1) de la suite de son bras-de-fer judiciaire avec Jean-Marie Le Pen et 2) du "comportement" du patriarche.

# L'attente d'une décision de justice

Dans une interview au JDD publiée dimanche 6 septembre, Marine Le Pen explique d'abord que le maintien ou non de la présidence d'honneur est entre les mains de la justice. Au Lab, elle précise que "la validité" du congrès postal qui devait aboutir à la suppression de la présidence d'honneur (suspendu en première instance, décision confirmée en appel) est "devant la justice au fond". Elle est donc dans l'attente de cette "décision de justice définitive", en fonction de laquelle elle "avisera".

Elle espère évidemment obtenir gain de cause. Mais si elle est à nouveau déboutée, son père restera là où il est. "Pour un temps très court, puisque cela durera jusqu'au prochain congrès", minimise-t-elle dans les colonnes du JDD.

# Le choix politique

Le "prochain congrès", cela nous amène en 2017. Un délai qui ne la dérange pas fondamentalement, comme elle l'indique à l'hebdomadaire :

 

L'organisation d'un congrès exceptionnel dépendra [du] comportement [de Jean-Marie Le Pen]. Si c'est un comportement d'hostilité permanente, de parasitage automatique, de contestation, on sera peut-être amenés à prendre cette décision. Mais si on peut se l'éviter, honnêtement, ce sera pas mal.

Elle est donc tout à fait prête à laisser filer pendant deux ans encore, préférant "éviter" d'organiser un congrès extraordinaire pour réviser les statuts du parti et en supprimer la présidence d'honneur. Notez que si Jean-Marie Le Pen poursuit sur sa lancée, les instances du FN seront "peut-être amenées" à décider de la tenue d'un congrès. "Peut-être" seulement. Ce qui signifie que même en cas de prolongement des opérations du côté du père, les représailles venues de la fille ne sont qu'une option.

Au Lab, Marine Le Pen ajoute encore : "Le [dernier] congrès a eu lieu en novembre [2014] et les statuts prévoient un délai de trois ans entre chaque congrès". Traduction : le réglement du FN ne l'oblige pas à convoquer une assemblée avant novembre 2017. Jean-Marie Le Pen pourrait donc être président d'honneur pendant la prochaine campagne présidentielle (et même après).

Ça promet.

[Edit 13h05]

Après publication de cet article, Marine Le Pen a tenu à préciser qu'elle ne souhaitait pas "conserver à Jean-Marie Le Pen son statut" de président d'honneur. Elle a ajouté :

 

Les adhérents ont voté [voir ici, ndlr], je ferai respecter leur vote devant la justice. Et ainsi s'appliqueront les nouveaux statuts. Une décision rapide est mon voeu le plus cher.



À LIRE SUR LE LAB :

Jean-Marie Le Pen renonce à se rendre à l'université d'été du FN

Marine Le Pen revient aux fondamentaux et fait de l'immigration le thème central de son programme

Du rab sur le Lab

PlusPlus