Marine Le Pen salue la victoire des Bleus alors qu'elle n'aime pas le football, mais dénonce les politiques qui font de la "récupération"

Publié à 17h19, le 08 juillet 2016 , Modifié à 17h19, le 08 juillet 2016

Marine Le Pen salue la victoire des Bleus alors qu'elle n'aime pas le football, mais dénonce les politiques qui font de la "récupération"
© AFP

Tous les politiques ont salué la victoire des Bleus contre l’Allemagne lors de la demi-finale de l’Euro le 7 juillet. "L'équipe a été solide et Griezmann exceptionnel", a par exemple réagi sur TF1 François Hollande, qui assistait au match. "Un seul mot : merci", a quant à lui tweeté Alain Juppé, qui assistait au match sur la fan-zone de Bordeaux, la ville dont il est maire.

Marine Le Pen y est aussi allée de son tweet, félicitant les Bleus et leur accordant sa confiance pour la finale du dimanche 10 juillet, lors de laquelle la France affrontera le Portugal.

Le tweet est signé "MLP", ce qui indique que la cheffe frontiste l’a rédigé elle-même.

Logique, somme toute, pour une présidente de parti, de saluer cette victoire, d’autant plus lorsque l’équipe adverse est championne du monde et que donc la qualification s’annonçait difficile.

Sauf que Marine Le Pen tenait un autre discours il y a un peu plus d’un mois. Sur son blog Carnets d’espérances, la cheffe frontiste n’y allait pas par quatre chemins pour dénoncer tous les travers du football professionnel :

"

Ce n’est un secret pour personne, je n’ai pas une attirance particulière pour le football. Plus précisément pour le football professionnel, son étalage indécent d’argent, ses scandales à répétition, sa corruption endémique. En clair, le monde de prébendiers qui a dévoyé ce sport, qui en a fait une activité commerciale et un business avant tout, n’a rien pour susciter l’empathie.

"

Et ce n’était pas tout. La candidate FN à la présidentielle fustigeait également l’"opulence tapageuse" des footballeurs professionnels :

"

Je partage avec les Français cette réserve face à tant d’excès, d’opulence tapageuse dont le football professionnel est malheureusement coutumier et qui abîment les valeurs intrinsèques du sport : l’éthique, la morale, le respect des règles, la solidarité.

"

Mais surtout, elle s’en prenait aux politiques qui font de la récupération systématique :

"

Cette dignité, nous l’attendons également des politiques toujours prompts en cette occasion à céder à la tentation de l’instrumentalisation et de la récupération.

"

Marine Le Pen songe plutôt à François Hollande, qui pourrait bénéficier d’une embellie dans sa cote de popularité en cas de victoire des Bleus dimanche.

Or, ne pas aimer le football mais écrire un tweet encourageant les Bleus après une victoire, n’est-ce pas aussi faire de la "récupération" ? On pose simplement la question.

Du rab sur le Lab

PlusPlus