Marion Maréchal-Le Pen annonce à Marine Le Pen qu'elle arrête la politique

Publié à 18h44, le 09 mai 2017 , Modifié à 19h24, le 09 mai 2017

Marion Maréchal-Le Pen annonce à Marine Le Pen qu'elle arrête la politique
Marion Maréchal-Le Pen © AFP
Image Sylvain Chazot


La défaite de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle est à peine digérée que le Front national s'apprête à connaître un nouveau soubresaut : Marion Maréchal-Le Pen s'apprête à annoncer, mercredi 10 mai, son retrait de la vie politique, révèle Le Figaro ce mardi. Une information confirmée par L'Express et Le Parisien. Conséquence, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen ne se représentera pas aux législatives dans le Vaucluse. Elle quittera également son poste de présidente du groupe FN à la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Selon Le Parisien, Marion Maréchal-Le Pen a déjà annoncé sa décision à Marine Le Pen. Cette dernière lui a répondu :

Je respecte ton choix. Je sais ce que demande la politique, je sais les sacrifices que ça exige.

Depuis longtemps, Marion Maréchal-Le Pen fait savoir à qui veut l'entendre qu'elle ne compte pas passer sa vie à faire de la politique. La faute à sa vie de famille, délaissée pour cause de vie publique. La faute aussi aux tensions régnant au parti et son opposition à la ligne édictée par Florian Philippot, artisan pour certains de la défaite de Marine Le Pen.  

Dans une lettre envoyée au Dauphiné Libéré, Marion Maréchal-Le Pen confirme son retrait et donne ses raisons, à la fois "personnelles" et "politiques". "J’ai beaucoup manqué à ma petite fille dans ses premières années si précieuses. Elle m’a aussi terriblement manquée. Il est essentiel que je puisse lui consacrer plus de temps", commence-t-elle. Puis elle poursuit, annonçant plutôt une pause qu'une retraite définitive de la vie politique :  



Vous connaissez mon histoire, vous savez que ce monde politique est le mien depuis toujours. À 27 ans, il est encore temps d’en sortir quelques temps. [...] Je pense que l’époque des politiciens déconnectés du réel avec des décennies de mandat électif derrière eux est révolue

Et l'élue FN de prévenir, en guise de conclusion : 



Je ne renonce pas définitivement au combat politique.

Comprendre : elle reviendra. 



Voilà qui irrite profondément Jean-Marie Le Pen. Le président d'honneur du FN avait poussé, en 2012, sa petite-fille à se présenter dans le Vaucluse. Pour lui, cette décision est "une désertion". Interrogé par Le Figaro, il dit : 

S'il n'y a pas une raison gravissime à cette décision, je considère que c'est une désertion. [...] Qu'en pleine bataille législative, l'une des vedettes les plus aimées et admirées du mouvement défaille, cela peut avoir des conséquences terribles. J'espère qu'elle les a mesurées. En pleine bataille politique, je trouve cette décision désolante.

Dès 2015, elle avait fait part de ses interrogations sur son avenir en politique. "J'ai envie de me confronter au monde du travail, à l'entreprise, et puis revenir peut-être en politique", avait-elle déclaré, cité par Marianne à l'époque. Elle expliquait ne pas être tout à fait sûre de vouloir se présenter aux législatives de 2017.

En avril dernier, la députée du Vaucluse avait déjà laissé planer le doute sur un éventuel retrait, jurant malgré tout qu'elle sera bien candidate aux législatives. 



[EDIT 19h02] Ajout réaction de Jean-Marie Le Pen

Du rab sur le Lab

PlusPlus