Marion Maréchal-Le Pen suggère à Karim Benzema de jouer pour "son pays" l'Algérie, sujet le plus lu de la semaine

Publié à 16h50, le 05 juin 2016 , Modifié à 17h07, le 05 juin 2016

Marion Maréchal-Le Pen suggère à Karim Benzema de jouer pour "son pays" l'Algérie, sujet le plus lu de la semaine

#BESTOFHEBDO - Et voici venue l'heure, comme chaque week-end, de notre attendu Top Hebdo, le classement des articles les plus lus de la semaine sur le Lab.

Cette semaine, c’est la diatribe de Marion Maréchal-Le Pen contre Karim Benzema qui a retenu votre attention. Mais ce n'est pas tout…

#1 One, two, three, joue pour l'Algérie

La récente sortie de Karim Benzema, qui estime qu'il n'a pas été appelé en équipe de France parce que Didier Deschamps a "cédé à la pression d'une partie raciste de la France", n'a pas plu à Marion Maréchal-Le Pen. C'est le moins qu'on puisse dire. Mercredi 1er juin, la députée du Front national s'est lâchée sur Twitter. Détournant des propos du buteur du Real Madrid datant d'une émission de radio en 2006, au cours de laquelle il évoquait son "amour" pour l'Algérie, le "pays de [ses] parents",  Marion Maréchal-Le Pen lui a suggéré d'aller jouer "dans son pays, s'il n'est pas content". Radical.

[A LIRE ICI]

#2 L'emportement est total

L'apprentissage d'une langue vivante 1 sera bientôt possible dès le CP. C'est la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem qui l'a annoncé. Il pourra s'agir de l'anglais, de l'allemand ou encore de l'espagnol, de l'italien, du croate. Ou de l'arabe. Et c'est cette dernière possibilité qui fait hurler le Front national et une partie de la droite. Louis Aliot évoque une "hérésie", le conseiller régional FN Jordan Bardella une "assmiliation inversée", tandis que Robert Ménard parle d'un "processus"de défrancisation". "Décidément, vous n'aimez pas la France", clame le président du Parti chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson en s'adressant à la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem. Or, la réalité est *un peu* plus complexe que ça.

[A LIRE ICI]

#3 On repart à zéro ?

Pour la première fois depuis la campagne présidentielle de 2012, un membre du Front national a été l'invité d'On n'est pas couché, sur France 2 samedi 4 juin. Il s'agit du numéro 2 du parti d'extrême droite, Florian Philippot. Cela est légèrement étonnant. D'abord parce qu'entre le FN et Laurent Ruquier, les relations étaient jusqu'ici incendiaires. "Si demain le Front national passe, je prends mes cliques et mes claques, et je me tire", prévenait l'animateur en janvier dernier. Ensuite parce que Marine Le Pen disait à L'Opinion, en octobre dernier, tout le mal qu'elle pensait d'ONPC : "Ces gens sont illégitimes et ne représentent personne qu’eux-mêmes." Visiblement, Florian Philippot n'est pas tout à fait d'accord.

[A LIRE ICI]

#4 La fuite à Vincennes

En pleine crue, la Seine est montée jusqu'à plus de 6 mètres à Paris ce vendredi 3 juin. L'Élysée situé en zone inondable, l'exécutif a anticipé et préparé un plan de secours pour déménager la présidence en cas de montée des eaux. Direction le château de Vincennes.

[A LIRE ICI]

#5 Je me permets de vous troller

Lundi 30 mai, le président turc Recep Tayyip Erdogan a tenu à donner son avis sur la situation sociale française. Il a ainsi déclaré, lors d'un discours à Istanbul et comme le rapporte l'AFP : "Je condamne la violence exercée par la police française contre les gens qui usent de leur droit de manifester." Voilà qui ne manque pas de sel, de la part d'un chef de gouvernement islamo-conservateur vivement critiqué après la répression policière de manifestations antigouvernementales en 2013. Les heurts entre policiers et manifestants avaient fait 8 morts et plus de 8.000 blessés.

[A LIRE ICI]

Du rab sur le Lab

PlusPlus