Aubry déplore que Bertrand n'ait "même pas" appelé Saintignon alors qu'Estrosi, lui au moins, a contacté Castaner

Publié à 09h49, le 09 décembre 2015 , Modifié à 10h22, le 10 décembre 2015

Aubry déplore que Bertrand n'ait "même pas" appelé Saintignon alors qu'Estrosi, lui au moins, a contacté Castaner
© © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Image Aurélie Marcireau


#COURTOISIE - A quatre jours du deuxième tour des élections régionales, le 13 décembre, Martine Aubry, maire de Lille, accorde ce 9 décembre une interview à La Voix du Nord. Alors que la tête de liste PS Pierre de Saintignon s'est retiré au profit de Xavier Bertrand pour faire barrage à Marine Le Pen, arrivée en tête au premier tour, l'édile de Lille se montre déçue par Xavier Bertrand. Déception sur le fond et sur la forme. Elle explique : 

Alors que le total de voix de la droite est équivalent à celui de la gauche, on attendait de Xavier Bertrand qu’il prenne de la hauteur, face au danger du FN. On attendait un discours sur le fond, autour de l’esprit républicain. Cela n’a pas été le cas.

Un discours pas à la hauteur donc mais pas seulement. Pour Martine Aubry, Xavier Bertrand est un malotru. Elle poursuit  :

Il n’a même pas eu la courtoisie d’appeler Pierre, contrairement à Christian Estrosi (LR) avec Christophe Castaner (PS) en PACA. Tant pis, nous serons républicains pour deux. Nous avons appelé les militants pour qu’ils fassent campagne et nous voterons Xavier Bertrand. 

Xavier Bertrand qui adopte une attitude "moi-seul-face-au-FN" devrait apprécier.  

Dans cette interview, on apprend aussi que c'est Pierre de Saintignon qui a décidé de retirer sa liste, sans même attendre les injonctions du PS et/ou de l'exécutif. Elle raconte :

Dès que nous avons reçu les premiers résultats, à partir de 19h, Pierre a dit : on se retire. J’ai appelé Jean-Christophe Cambadélis (le premier secrétaire du PS, ndlr) pour l’informer. Mais il nous a demandé d’attendre, le temps que la situation se décante en PACA et dans le Grand Est. Finalement, c’est lui qui a annoncé la décision à 22h. Nous étions pleinement d’accord. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus