Dans une lettre, Marylise Lebranchu fact-checke Nicolas Sarkozy sur la laïcité

Publié à 10h57, le 20 mai 2015 , Modifié à 11h13, le 20 mai 2015

Dans une lettre, Marylise Lebranchu fact-checke Nicolas Sarkozy sur la laïcité
Marylise Lebranchu expliquant que Nicolas Sarkozy raconte n'importe quoi. © Montage le Lab via AFP.

#VFI – Eh bien, c’est fauuuux ! Marylise Lebranchu est-elle le Jean-Philippe Balasse du gouvernement ? Car la ministre de la Fonction publique s’est mise au fact-checking. Et pas n’importe lequel, celui de l’interview au Figaro, datée du 6 mai, de Nicolas Sarkozy.

Pour lui signifier ses erreurs, la ministre a ainsi pris la plume pour écrire à l’ancien chef de l’Etat, rapporte ce mercredi 20 mai Le Canard Enchaîné, et lui expliquer qu’il avait raconté à peu près n’importe quoi.

On rembobine. Le 6 mai, le successeur de Jean-François Copé à la présidence de l’UMP se montre intransigeant sur la laïcité dans une interview au Figaro le jour anniversaire des 3 ans de mandat de François Hollande. L’ex-éphémère retraité de la politique déclare alors :

"

La République doit définir des règles de neutralité qui s'imposeront dans l'espace public. C'est pourquoi je suis pour l'interdiction du voile pour les fonctionnaires au guichet des administrations, dans les établissements scolaires, à l'université, au collège, au lycée… Nous ne pouvons nous permettre à ce moment de notre histoire, avec les difficultés que rencontre l'intégration, la moindre entorse à la laïcité, au refus du prosélytisme et à l'égalité de l'homme et de la femme.

"

Ce sont ces propos qui ont poussé Marylise Lebranchu à prendre sa plus belle et ironique plume pour donner la réplique à Nicolas Sarkozy. Une lettre "croquignolette", selon Le Canard qui a pu consulter la missive.

Elle lui écrit ainsi :

"

Je lis avec étonnement et consternation votre réponse à une question sur le port du voile. Mais, monsieur Sarkozy, n’avez-vous pas été chef de l’Etat ? Ne savez-vous pas que cette règle de neutralité est inscrite depuis 1945 dans le statut général de la fonction publique ? Ignorez-vous que le principe de laïcité, qui s’applique avec fermeté dans la fonction publique, est tel qu’aucun agent d’une administration publique ou gestionnaire d’un service public ne peut manifester ses convictions religieuses par des signes ou un comportement prosélyte ? Et que tout manquement à ces règles fait l’objet de sanctions ?

"

Elle poursuit, acide :

"

Depuis quand ne vous êtes-vous pas rendu à un guichet de l’administration, et quand avez-vous vu un ou une fonctionnaire portant un signe ostensible d’appartenance religieuse ?

"

Voilà Nicolas Sarkozy rhabillé pour l’été.

Du rab sur le Lab

PlusPlus