Menacé d’exclusion de LR, Edouard Philippe rappelle que les dissidents du RUMP n’avaient pas été sanctionnés

Publié à 11h47, le 03 septembre 2017 , Modifié à 14h10, le 03 septembre 2017

Menacé d’exclusion de LR, Edouard Philippe rappelle que les dissidents du RUMP n’avaient pas été sanctionnés
Edouard Philippe. © AFP

DEUX POIDS DEUX MESURES - Edouard Philippe, tout comme Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu ou encore Thierry Solère, sont menacés d’exclusion de LR pour avoir soit intégré le gouvernement d’Emmanuel Macron soit pour avoir rejoint le groupe parlementaire des Constructifs, ces députés LR et UDI Macron-compatibles. Une procédure d’exclusion a ainsi été lancée par le parti provisoirement dirigé par Bernard Accoyer avant l’élection, en décembre, du prochain président du parti.

Interrogé par le JDD, ce dimanche 3 septembre, sur cette menace qui pèse sur lui, Edouard Philippe rappelle tout d’abord qu’il "reste attaché à ce parti qu’il a contribué à créer" et qu’il est resté fidèle à l’UMP lors de l’épisode fratricide entre François Fillon et Jean-François Copé fin 2012. Il poursuit :

"

J’y suis resté quand certains ont voulu faire dissidence en créant un groupe concurrent, le RUMP – sans d’ailleurs être sanctionnés.

"

Ainsi souligne-t-il que ces dissidents, derrière François Fillon et parmi lesquels figuraient, entre autres, Laurent Wauquiez, Éric Ciotti ou François Baroin, n’avaient eu, eux, aucune sanction avant de rentrer au bercail.

Et d’assurer que ce qu’il fait "à la tête du gouvernement est conforme à (ses) idées et (ses) valeurs". C’est pourquoi il espère que la droite soutiendra sa réforme du droit du travail par ordonnances – comme le souhaitent Xavier Bertrand et Valérie Pécresse. "J’espère que chacun se positionnera en fonction de ce qu’il pense du contenu des ordonnances. Je ne peux pas imaginer que, face à de tels enjeux, on soit prisonnier d’une appartenance politique", dit-il en mode "faites ce que je dis, pas ce que je fais" alors qu’il avait voté la censure contre la loi El Khomri.

[BONUS TRACK] "Je ne suis pas Wikipédia"

Interrogé par le JDD sur une interview délicate sur BFMTV face à Jean-Jacques Bourdin lors de laquelle il n'a pas su répondre illico à certaines questions, Edouard Philippe se justifie et assume de ne pas connaître "tous les chiffres par cœur" :

 

"

Quand je sais, je sais ; quand je ne sais pas, je ne sais pas et je le dis. Je connais tellement de gens, en politique, qui font semblant de savoir, et qui vous empapaoutent... Moi pas. Je ne connais pas tous les chiffres par cœur. Je ne suis pas Wikipédia.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus