Moins de viande, plus de quinoa… les messages écolos de Jean-Luc Mélenchon dans Gala

Publié à 16h34, le 02 septembre 2016 , Modifié à 16h38, le 02 septembre 2016

Moins de viande,  plus de quinoa… les messages écolos de Jean-Luc Mélenchon dans Gala
Jean-Luc Mélenchon dans sa cuisine. © Capture d'écran Gala.
Image Le Lab

Julien Chabrout pour

#QUINOA2017 - Un peu d’avocat, du concombre, des tomates, des crevettes et, surtout, du quinoa : voilà la recette du taboulet au quinoa de Jean-Luc Mélenchon délivrée depuis sa cuisine – comme les vœux de Hervé Morin pour 2011 - pour Gala. Dans une interview au magazine people ce vendredi 2 septembre, le candidat à la présidentielle du Parti de gauche a adressé des messages clairs aux électeurs écologistes tentés de voter pour lui à la présidentielle. Son arme fatale ? La salade au quinoa, sur laquelle il est désormais intarissable.



La salade au quinoa a joué un grand rôle pour moi cet été. Elle m’a aidé à faire une sorte de régime végétarien. Elle permet de remplir deux buts : revenir au meilleur poids pour moi car je ne peux pas commencer une campagne électorale en étant au maximum de mon poids (…) J‘ai découvert il y a deux ans le quinoa, je suis en retard quand même. Ça, c’est vraiment la plante de l’avenir.

Autre signal adressé à l’électorat écolo, que le candidat de la "transformation écologique et sociale" courtise : la baisse de sa consommation de viande. Il dit :



Je fais des efforts, comme beaucoup d’autres gens, pour passer à un régime alimentaire avec moins de protéines carnées.

Selon Gala, ce régime, une façon pour lui de "militer contre la souffrance animale et contre un système de surproduction qui se fait au détriment de la viande de qualité", lui a permis de perdre cinq kilos en un mois. De quoi aider le candidat de la "France insoumise" à entrer plus facilement dans la campagne, "un sport de haut niveau". "J’avais besoin de retrouver mon poids de forme. Celui qui me permet de ne dormir que 7 heures par nuit et d’être en alerte permanente pour la campagne", confie-t-il au magazine people.

"La sollicitation intellectuelle va être permanente. Impossible de tenir la distance sans un état physique impeccable", estime Jean-Luc Mélenchon. Mais le candidat du PG a toutefois un point faible :

J’avoue que j’ai craqué pour les encornets avec un peu d’ail.

Moins grave, sans doute, que la consommation de frites reprochées à François Hollande par Nicolas Sarkozy. Un chef de l’Etat qui avait lui aussi fait un régime avant d’accéder à l’Elysée.

Du rab sur le Lab

PlusPlus