Municipales à Cavaillon : le candidat Front national estime qu'on s'y "emmerde" et que "tout est laid"

Publié à 16h37, le 15 janvier 2014 , Modifié à 16h43, le 15 janvier 2014

Municipales à Cavaillon : le candidat Front national estime qu'on s'y "emmerde"  et que "tout est laid"
Thibaut de Tocnaye et Jean-Marie Le Pen en 2011 (Maxppp).

DRÔLE DE STRATÉGIE - Pour convaincre les électeurs de voter pour lui, le candidat Front national à Cavaillon, une commune de 25.000 habitants dans le Vaucluse, a choisi le franc-parler. Quitte à se montrer un poil blessant avec les habitants.

Thibaut de Tocnaye, membre du bureau politique du FN et arrivé second lors des élections législatives de 2012 dans le Vaucluse, a ainsi expliqué le 13 janvier qu'il n'y avait pas grand chose à sauver dans cette commune, comme le raconte La Provence ce mercredi :

A Orange [autre ville du Vaucluse dirigée par Jacques Bompard, de la Ligue du Sud, ndlr] tout est beau. À Cavaillon, tout le monde s'en va, parce que tout est laid. (...)

C'est une ville qui n'a aucun intérêt. On s'emmerde à Cavaillon.

Le candidat frontiste a poursuivi en détaillant :

La place Maurice Bouchet, c'est une horreur. La place du Clos est lamentable. On a envie de se suicider quand on est dans la rue de la République.

Une bonne façon pour lui de fustiger l'action des maires précédents, celui en place étant Jean-Claude Bouchet de l'UMP.

Du rab sur le Lab

PlusPlus