Nadine Morano porte plainte contre Guy Bedos qui la traite de "salope": "ma famille est profondément choquée"

Publié à 16h17, le 12 octobre 2013 , Modifié à 18h36, le 12 octobre 2013

Nadine Morano porte plainte contre Guy Bedos qui la traite de "salope": "ma famille est profondément choquée"
Montage Le Lab

Elle va porter plainte pour injure publique. Nadine Morano, ancienne ministre UMP et élue d'opposition de Toul, attaque Guy Bedos en justice. L'humoriste l'aurait insultée le 11 octobre au soir, lors d'une représentation dans la ville de Nadine Morano.

Dans une vidéo postée sur Youtube, on entend notamment clairement Guy Bedos traiter Nadine Morano de "connasse" :

Jointe par Le Lab, Nadine Morano dit être blessée, mais assure "qu'un incident était prévisible en invitant Guy Bedos dans la ville", qu'elle a déjà croisé sur des plateaux télé.

Nadine Morano au Lab :

Comment je peux accepter en tant qu'habitante de ma ville, en tant que femme, de me faire insulter, de connasse, de conne, de salope ?

Je pense à mes enfants. Ma famille est profondément choquée. Vous pensez que mes fils et ma fille, ça leur fait plaisir de voir que les élus invitent quelqu'un qui insulte leur mère ?

Nadine Morano assure avoir reçu le soutien de nombreux élus de son parti, et notamment celui de Dominique Bussereau, ancien ministre des Transports. Elle dénonce par ailleurs le manque de soutien de la part des femmes de gauche.

Véronique Massonneau, qui avait été dérangée lors de son intervention à l'Assemblée nationale par des bruits de poule d'un député UMP, ne défend pas Nadine Morano. Si elle assure que les insultes proférées par Guy Bedos ne l'ont pas faite rire, elle s'abstient de tout commentaire au nom de la séparation des pouvoirs :

L'ancien collègue de Nadine Morano au gouvernement Benoist Apparu dénonce, lui aussi, le silence des élues de gauche dans cette affaire :

Interrogé par l'AFP, Guy Bedos refuse de s'excuser. Il maintient ses propos au nom de sa "langue rabelaisienne" et assure que Nadine Morano "l'a cherché" :

Il n'y a que l'extrême droite qui porte plainte contre moi, Madame Morano rejoindra comme cela Jean-Marie Le Pen et quelques autres du FN.

C'est un incident minime, régional. Si elle veut m'attaquer en justice, très bien. Peut-être que ça me coûtera de l'argent, comme l'a fait Le Pen avant elle, mais tant pis

On peut dire qu'elle l'a cherché. Elle a plus besoin que moi qu'on parle d'elle. Et ce n'était que trois phrases dans un spectacle d'une heure quarante. Alors, rendez-vous au tribunal, si elle veut, ça va me rajeunir!

Edit 18h30 : Jean-Vincent Placé défend Morano.

On a trouvé un homme de gauche qui défend Nadine Morano: Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat.

Du rab sur le Lab

PlusPlus