Nadine Morano s'en prend une nouvelle fois à France inter et à ses humoristes

Publié à 07h59, le 30 janvier 2018 , Modifié à 08h42, le 30 janvier 2018

Nadine Morano s'en prend une nouvelle fois à France inter et à ses humoristes
Nadine Morano © AFP
Image Sylvain Chazot


<3 - Nadine Morano a un problème. Avec France inter. L'eurodéputée n'en peut plus de cette radio de bobos. C'est simple : elle la déteste. Ce qui l'énerve, outre son ton résolument éloigné du sien, c'est que cette radio ne l'invite jamais. En résumé : Nadine Morano trouve insupportable de ne jamais être invitée sur une radio qu'elle conchie publiquement. Un concept.

Nouvel exemple lundi 29 janvier. Le chroniqueur / avocat  Gilles-William Goldanel réagit à retardement à la chronique de Sophia Aram en date du 22 janvier. L'humoriste moquait allègrement la une de Valeurs Actuelles – hebdomadaire où chronique Gilles-William Goldanel.  Elle regrettait avec grande ironie que France inter ne figure pas au sein des bien-pensants fustigés par Valeurs en une. "Ils sont tous là : Laurent Joffrin, Yann Barthès, Aymeric Caron, Anne Hidalgo Marlène Schiappa, le Mrap, les vegans, le syndicat de la magistrature, les militants antiracistes, les féministes hystériques… Tous. Ils y sont tous. Et rien sur France inter. Que dalle. Nib. Nada. Wallou. Peau de zob. Rien. C'est dégueulasse", a-t-elle lancé.





Voilà qui n'a pas plu à Gilles-William Goldanel, qui a donc répondu à Sofia Aram. "L'ironie de 'l'humoriste' à l’égard de Valeurs mérite tout de même qu'on s'y arrête, en s'amusant un peu nous aussi. Elle signifie : nous sommes une radio bien à gauche payée avec votre pognon, vous êtes un journal bien à droite et sans subventions et on vous emmerde. Et honnêtement, ils ont raison", écrit-il.

De quoi ravir Nadine Morano, donc. Sur Twitter lundi, l'eurodéputée LR s'en donne à cœur joie, salue l'opinion de Gilles-William Goldanel et fustige France inter. La voici dans le texte :

Cette radio n’est pas le service public qu’elle devrait être alors qu’elle est financée par l’impôt des Français mais bien une radio de gauche avec des 'pas humoristes' militants qui nous crachent dessus honteuse.

Et ce n'est évidemment pas la première fois que Nadine Morano s'en prend à France inter. Ce qu'elle préfère, c'est critiquer la radio en expliquant ne jamais y être invitée. Paradoxal, sauf pour l'élue LR qui, déjà en 2015, s'en prenait à l'éditorialiste Thomas Legrand. "Quand on lit votre mépris sans même me connaître on comprend pourquoi je ne suis jamais invitée sur France inter", écrivait-elle.





Un an plus tard, elle se plaignait dans une interview de "ne pas avoir le profil" pour être invitée dans la matinale de France inter. :(





En janvier 2017, elle s'en prenait à un sketch de Pablo Mira qui moquait Donald Trump. Mais le président des États-Unis pouvait compter sur le soutien de Nadine Morano, qui fustigeait pour l'occasion  cette radio "truffée de gauchistes et financée avec l'impôt des Français... (déjà, NDLR) Une honte. À vomir". Sad.



 


Le 23 octobre 2017, elle réagissait à une intervention d'Elisabeth Lévy au sujet de la radio publique. "J'en suis une des victimes de France inter où je ne suis quasi jamais invitée à m'exprimer", se plaignait-elle. Trop triste.





Des appels au secours en forme de critiques ? La technique est connue et les piques de Nadine Morano à l'adresse de France inter sonnent comme autant de déclarations d'amour à l'adresse de la station.

Love.

Actually. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus