Nadine Morano s'indigne contre une témoin de Saint-Denis, voilée pour rester anonyme

Publié à 17h03, le 18 novembre 2015 , Modifié à 17h45, le 18 novembre 2015

Nadine Morano s'indigne contre une témoin de Saint-Denis, voilée pour rester anonyme
"Juste du vent", pour Nicolas Sarkozy © AFP

Oh, cela faisait bien une semaine que Nadine Morano n'était pas apparue dans les médias. Mais, ce mercredi 18 novembre, l'eurodéputée a quand même décidé de s'inviter dans cette actualité pourtant chargée et dramatique. Ce n'est pas l'intervention des forces de l'ordre à Saint-Denis contre des terroristes qui a marquée l'élu Les Républicains aujourd'hui mais le témoignage de Sabine, une jeune femme habitant juste en dessous de l'appartement où a été mené l'assaut du Raid.

Qu'est-ce qui a choqué Nadine Morano ? Voir cette jeune femme témoigner face aux caméras le visage recouvert d'un voile. Aussi sec, l'eurodéputée a donc pris son clavier et, comme si elle était sur la plage ou gare de l'Est, elle a décidé de s'énerver – sur Facebook  - contre cette atteinte aux lois de la République.

Et que je m'insurge contre "cette banalisation des comportements communautaristes et anti-républicains". Et que je m'énerve contre cette image "dans ces circonstances de deuil national et d'unité autour de la République". Et qu'est-ce que c'est que cette "provocation à l'égard du droit des femmes" ?

Ha ça, Nadine Morano était vraiment colère. Sauf que…  Ce message a été posté en début d'après-midi par l'élue LR. Du coup, toute emportée par sa rage, elle n'a pas vu le commentaire d'iTÉLÉ publié dès 12h26 et expliquant que la jeune femme ne portait pas de niqab mais que, compte tenu des circonstances, elle avait tenu à "mettre ce voile pour rester anonyme".

Dans l'après-midi, la journaliste d'iTÉLÉ qui a interviewé la jeune femme a fourni la même explication, affirmant une nouvelle fois que Sabine "ne portait pas le niqab" mais voulait juste "garder son anonymat".

Ces justifications de calmeront pas forcément la colère de Nadine Morano. Celle-ci s'est faite une spécialité de dénoncer les femmes voilées qu'elle croise. En août 2014, elle avait pris en photo – de dos – une femme voilée sur une plage. Admettant qu'il n'y avait pas "d'atteinte à l’ordre public puisque la femme avait le visage découvert conformément à la loi", elle avait quand même considéré que c'était "une atteinte à notre culture qui heurte".

En octobre 2014, gare de l'Est, elle avait interpellé une femme en niqab avant de parfaitement communiquer sur cette altercation, expliquant que "le mépris" de la femme en question avait été total. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus