Najat Vallaud-Belkacem indignée par la suspension d’Audrey Pulvar sur CNews : "la République a perdu du terrain"

Publié à 11h03, le 27 avril 2017 , Modifié à 12h24, le 27 avril 2017

Najat Vallaud-Belkacem indignée par la suspension d’Audrey Pulvar sur CNews : "la République a perdu du terrain"
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Les cadres du FN ont-ils obtenu la tête d’Audry Pulvar ? Toujours est-il que ce mercredi 26 avril, Florian Philippot et David Rachline, respectivement vice-président du FN et directeur de campagne de Marine Le Pen, la candidate frontiste à la présidentielle, ont dénoncé la pétition féministe contre leur candidate signée par la journaliste Audrey Pulvar. Ni une, ni deux, la chaîne d’info CNews a choisi de suspendre sa présentatrice vedette. Une mise à l’écart qui indigne la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, jeudi 27 avril.

Pour la ministre de François Hollande, cette situation démontre que la "République a perdu du terrain". Elle le dit ce jeudi sur son compte Twitter :

"Audrey Pulvar, suspendue sur injonction du FN pour avoir choisi la République et les droits des femmes contre l'ext.droite. Soutien et amitié" a tweeté Laurence Rossignol, la ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes, instigatrice de cette pétition. Le secrétaire d'État aux Affaires européennes Harlem Désir a lui posté : "A.Pulvar sanctionnée pour avoir signé contre le FN! Quelle régression. Il y a 15 ans tous les démocrates étaient rassemblés pour la République". "Tribune salutaire et soutien à Audrey Pulvar", a également commenté l'eurodéputé et ex-éphémère candidat EELV à la présidentielle Yannick Jadot.

La présentatrice a aussi reçu un soutien venant de la droite en la personne de Gérald Darmanin :

Audrey Pulvar fait en effet partie avec des actrices comme Zabou Breitman, Julie Gayet ou encore Agnès Jaoui, des signataires d’une pétition lancée par Laurence Rossignol, la ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des femmes intitulée "Féministes, nous ne voulons pas du Front National. Nous votons Emmanuel Macron !".

Pour justifier sa décision de suspension d’Audrey Pulvar, CNews avance "la nécessité d'un devoir de réserve" des journalistes qui ne doivent "pas préciser pour qui ils votent". 


 
 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB

Après des pressions du FN, CNews suspend Audrey Pulvar d'antenne pour une pétition anti-Le Pen

Du rab sur le Lab

PlusPlus