Nathalie Kosciusko-Morizet sort de son silence

Publié à 15h06, le 06 juin 2012 , Modifié à 15h06, le 06 juin 2012

Nathalie Kosciusko-Morizet sort de son silence
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à sa réélection dans la 4e circonscription de l'Essonne (Reuters)

Dans un entretien au site local Essonneinfo.fr, Nathalie Kosciusko-Morizet revient sur un sondage paru dans le JDD qui la situe à égalité parfaite avec son adversaire socialiste au second tour.

Une situation délicate pour l’ancienne ministre, candidate à sa réélection dans la 4e circonscription de l’Essonne.

  1. Elle refuse d'être interrogée sur la présidentielle

    Sur http://essonneinfo.fr

    "

    Je ne crois pas tellement aux sondages sur une circonscription…

    "

    Députée sortante de la 4e circonscription de l’Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet n’est pas sûre de renouveler son score confortable de 2007 aux législatives (56%).

    Pour la première fois, l’ancienne porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, commentait un sondage du JDD la donnant à égalité avec son rival socialiste au second tour.

    Sur le site Essonneinfo.fr, NKM affirme que les sondages au niveau local sont moins fiables qu’au national. Elle refuse en revanche d’évoquer la campagne présidentielle et la défaite de Nicolas Sarkozy.

    Sur le sondage du JDD, qui la place largement en tête au premier tour, Essonneinfo.fr l’interroge sur les reports de voix dont elle pourrait bénéficier. L’ancienne ministre préfère botter en touche :

    "

    La politique ce n’est pas de l’arithmétique, c’est de la dynamique. L’important c’est la dynamique qui se crée autour de vous, ce ne sont pas les étiquettes.

    "

    En 2007, NKM avait frôlé l’élection au premier tour, recueillant près de 48% des voix.

Du rab sur le Lab

PlusPlus