Nicolas Dupont-Aignan révèle "parler" avec Laurent Wauquiez

Publié à 20h43, le 12 juillet 2017 , Modifié à 20h47, le 12 juillet 2017

Nicolas Dupont-Aignan révèle "parler" avec Laurent Wauquiez
© BERTRAND GUAY / AFP
Image Amandine Réaux


L’union des droites reste un tabou rarement transgressé du côté de Les Républicains, malgré les appels du pied répétés de responsables du Front national. Officiellement, du moins. Car on apprend ce mercredi 12 juillet que Laurent Wauquiez "parle" avec Nicolas Dupont-Aignan. C’est l’ancien candidat à la présidentielle de Debout la France qui dévoile sur CNews l'existence d'embryons de discussions avec celui qui brigue la présidence de LR :



- Nicolas Dupont-Aignan : J’invite les Français qui veulent du nouveau à me rejoindre. Et puis, petit à petit, on va dialoguer. Moi, je rêve de dialoguer avec monsieur Wauquiez.

- Journaliste : C’est un appel que vous lui lancez ?

- Nicolas Dupont-Aignan : Oui, mais je lui ai déjà dit en privé.

- Journaliste : Qu’est-ce qu’il vous a répondu ?

- Nicolas Dupont-Aignan : On verra, il vous dira lui-même. On se parle, comme je parle aussi à monsieur Philippot, à monsieur Nicolas Bay et à d’autres.


Voilà qui contrevient au discours officiel de l’aile droite de LR. Régulièrement accusés par ses détracteurs de se rapprocher du FN, ses représentants comme Laurent Wauquiez ou Éric Ciotti assurent que jamais ils ne s’allieront avec le parti lepéniste, alors qu'un rapprochement avec Nicolas Dupont-Aignan a tout l'air d'un premier pas vers l'abolissement du fameux cordon sanitaire. D’autres, à droite, commencent pourtant à l’envisager. C’est notamment le cas de Thierry Mariani qui, interrogé par Minute sur d’éventuelles ententes entre LR et FN, jugeait simplement que, pour l’instant, "c’est trop tôt". "Mais si un jour la droite veut revenir aux affaires, il est évident qu'il y a quelques barrières à casser, non pas en terme de partis mais en terme de personnes", ajoutait-il.

Ce mercredi, Nicolas Dupont-Aignan, qui s’est rallié à Marine Le Pen lors de l’entre-deux-tours de la présidentielle, affirme que "les électeurs du Front national, les électeurs des Républicains, pour la plus grande majorité d’entre eux, aimeraient qu’un jour il y ait un programme commun, sans les défauts du Front national, ses excès, et sans la soumission des Républicains à la pensée unique".

Réfutant toute traversée du désert, le député de l’Essonne vante tous les mérites d’une union des droites, qu’un responsable comme lui (au hasard, bien entendu), pourrait incarner :

Je pense qu’on peut faire beaucoup mieux que ce qu’on a fait au second tour de la présidentielle si on a un programme plus sérieux et avec moins d’excès, parce que les Français ne voudront plus de Macron très vite, mais ils voudront d’une droite équilibrée avec un vrai programme pour résoudre les problèmes du pays. Et je pense que mon programme du premier tour de la présidentielle était intéressant, qu’il peut être amélioré et qu’on peut rassembler beaucoup de Français dessus.

Bref, dans la tête de Nicolas Dupont-Aignan, 2022 n’est pas très loin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus