Le ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot contredit le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert sur l’interdiction des pesticides tueurs d'abeilles

Publié à 09h53, le 26 juin 2017 , Modifié à 12h06, le 26 juin 2017

Le ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot contredit le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert sur l’interdiction des pesticides tueurs d'abeilles
Nicolas Hulot. © AFP
Image Sébastien Tronche


#MakeOurAbeillesLiveAgain – Serait-ce un petit couac gouvernemental entre l'Agriculture et la Transition énergétique ? Ce lundi 26 juin, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a confirmé une information de RMC selon laquelle la France doit revenir sur l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles. A la radio, Nicolas Hulot assurait pourtant l'inverse. L'actuel ministre de la Transition énergétique et solidaire jurait que le document de travail dévoilé en ce sens n'était plus d'actualité et que les pesticides tueurs d'abeilles resteront interdits.

Quelques minutes après la sortie du ministre de l’Agriculture, Nicolas Hulot ferme à nouveau la porte à toute remise en cause de l’interdiction des néonicotinoïdes. Sur Twitter, le ministre chargé de l’Ecologie a ainsi écrit :

Les interdictions de néonicotinoïdes et épandage aérien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens.

Après cette réplique de Nicolas Hulot assurant que les arbitrages avaient été rendus, la journaliste de RMC qui sort l'information a ressorti sa vidéo de Nicolas Hulot, affirmant que ces décisions n'avaient pas été prises :



Qu'il y ait des discussions entre services, parce que tout le monde n'a pas la même grille de lecture, ce n'est pas nouveau. Ce qui va être nouveau, c'est la manière dont on va trancher.

"Ce n'est pas encore arbitré ?" lui est-il ensuite demandé. "Non, absolument", avait répondu le ministre.





Pourtant, selon Stéphane Travert, il s'agit donc bien d'un retour sur l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes. "On peut le prendre comme ça", avait admis le ministre sur BFMTV. Et Emmanuel Macron lui-même s’était engagé pendant la campagne à confirmer l’interdiction de ces pesticides tueurs d’abeilles.

Couac ?

[EDIT 12h]

Depuis Lyon, le ministre d'État a répété, devant les journalistes, qu'aucune concession ne sera faite sur le sujet des pesticides néonicotinoïdes. Il a dit : 



Ma ligne elle est très simple: il ne faut faire aucune concession. On ne reviendra pas sur des acquis. Je veux être le garant de ce que mes prédécesseurs ont acté. […] La loi existe et on ne va pas revenir sur la loi.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus