Nicolas Hulot redoute que l’élection présidentielle se transforme en "un concours de téléréalité"

Publié à 08h58, le 30 mars 2016 , Modifié à 09h10, le 30 mars 2016

Nicolas Hulot redoute que l’élection présidentielle se transforme en "un concours de téléréalité"
Nicolas Hulot était l'invité d'Europe 1, mercredi 30 mars. © Captures d'écran

NON MAIS ALLO QUOI - On ne l’avait plus beaucoup vu depuis son départ, en janvier 2016, de l’Elysée où il était conseiller spécial du Président sur les questions écologiques. Invité de la matinale d’Europe 1 mercredi 30 mars, Nicolas Hulot a évoqué "l’urgence écologique" mais aussi son avenir. Après avoir refusé un "super-ministère" au dernier remaniement le 11 février dernier, il a affirmé qu’il ne se présenterait pas en 2017.

Après avoir dit clairement "non" (aujourd'hui) à la course élyséenne, l'ancien présentateur d'Ushuaïa sur TF1 a aussi vu avec un peu de méfiance le grand nombre de candidats déjà déclarés pour cette élection. Voici l’échange qu’il a eu avec Thomas Sotto :

- Thomas Sotto : Parlons clairement, est-ce que vous avez, oui ou non, envie d’être candidat à la présidence de la République l’année prochaine ?



- Nicolas Hulot : La réponse est non. D’ailleurs je suis surpris, c’est peut-être une bonne nouvelle, qu’il y ait autant de candidats. Soit ils font preuve d’une confiance en eux extraordinaire, soit ils ont sous-estimé la complexité, la gravité et je dirais même la dangerosité de l’exercice […] Il ne faut pas faire de cette échéance un concours de téléréalité, c’est tellement plus compliqué que ça.

Et dans cette émission de téléréalité, Nicolas Hulot a déjà bien envie d’éteindre le flambeau d’un candidat – toujours pas déclaré. Nicolas Sarkozy s’est récemment demandé s’il avait bien fait de signer le Pacte écologique en 2007, regrettant d’avoir cédé à la pensée unique face à un "homme que les médias adorent mais qui ne représente pas grand-chose". "On n’a pas besoin d’être méprisant pour être convaincant", a répondu Nicolas Hulot. Non mais allo quoi. 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

Remaniement : l'Élysée tente de séduire Nicolas Hulot avec un "super-ministère"

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR : 

Nicolas Hulot : "Non, je n'ai pas envie d'être candidat à l'élection présidentielle"

Référendum à Notre-Dame-des-Landes : "Une sortie par le haut" pour Hulot

Du rab sur le Lab

PlusPlus