Selon le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy aurait lancé à propos de François Bayrou : "de toute façon, le bègue, je vais le crever"

Publié à 19h16, le 02 juin 2015 , Modifié à 10h14, le 03 juin 2015

Selon le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy aurait lancé à propos de François Bayrou : "de toute façon, le bègue, je vais le crever"
Montage le Lab via AFP

CLASSE RÉPUBLICAINE - Décidément, Nicolas Sarkozy en veut beaucoup à François Bayrou. Après l'avoir comparé au virus du Sida, démenti par la suite (enfin presque), il se livre cette fois-ci à une attaque pleine de tact. 

Comme le raconte le Canard Enchaîné dans son édition du 3 juin, le président du parti "Les Républicains" aurait confié à des centristes de l'UDI son ambition concernant le maire de Pau. Il dit :

"

De toute façon, le bègue, je vais le crever. 

"

Pour rappel, le maire de Pau a souffert de défauts de prononciation pendant un long temps. Le courroux de Nicolas Sarkozy a pour origine le soutien du président du Modem à François Hollande en 2012. On peut également y ajouter la proximité affichée par François Bayrou et Alain Juppé, à base de textos latins notamment. 

En mars 2015, François Bayrou s'était félicité d'être la principale cible de Nicolas Sarkozy en disant ceci :

"

C'est vrai que c'est un nouveau titre de gloire que d'être élevé au rang d'obsession de Nicolas Sarkozy, puisque [dans] tous ses meetings, toutes ses réunions, il y a forcément un passage obligé et de ce point de vue-là, ça donne à sourire et c'est rigolo. Intéressant. 

"

[EDIT 19h44]

Contacté par le Lab, l'entourage de Nicolas Sarkozy "dément totalement ce propos". 

"

Il faudrait cesser de prendre pour argent comptant des citations du Canard Enchaîné qui, par définition, est un journal satirique. Ne faut-il pas de temps en temps tirer des enseignements de cette course à l'échalote de petites phrases sorties de nulle part sans aucune vérification ? 

"

[Edit 3 juin]

Invité de la matinale de France Inter, ce mercredi 3 juin, François Bayrou a été interrogé sur cette phrase tirée du Canard Enchaîné. Et le président du Modem, loin de s'offusquer ou de douter de la véracité des propos attribués à Nicolas Sarkozy, de déclarer :

 

"

C’est une phrase distinguée, élégante, marquée de finesse et qui élève le niveau du débat politique français.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus