Nicolas Sarkozy en mode bavard, entre "off" avec des journalistes, éloge du nucléaire, et ode à "la terre"

Publié à 19h05, le 18 septembre 2013 , Modifié à 19h09, le 18 septembre 2013

Nicolas Sarkozy en mode bavard, entre "off" avec des journalistes, éloge du nucléaire, et ode à "la terre"
Capture d'écran, vidéos BFMTV

Au début, on vous a parlé, sur le Lab, d’une "carte postale"… mais c’est finalement bien plus que cela, qui s’est joué, mercredi 18 septembre, lors d’un déplacement de Nicolas Sarkozy en Savoie, dont l’objet initial était de remettre la légion d’honneur à Claude Birraux, ancien député UMP de Haute-Savoie.

Pour l’une de ses premières apparitions en France depuis sa défaite à l’élection présidentielle, le 6 mai 2012, dont la nouvelle avait été opportunément éventée quelques jours plus tôt, Nicolas Sarkozy a en effet multiplié les déclarations.

L'ancien chef d'Etat s'est même autorisé même une petite conversation "off" avec une "dizaine de journalistes", ainsi que le racontent Le Dauphiné Libéré et Le JDD sur leurs sites internet, ce qui est plutôt rare dans la communication de l'ancien président.

Mais ce "off", centré sur les conditions d’un retour dans la vie politique française de l’ancien chef de l’Etat, n’a pas été la seule prise de parole de Nicolas Sarkozy au cours de cette expédition savoyarde.

>> le Lab vous fait un petit récap' de ce que l’on sait du Nicolas Sarkozy, millésime septembre 2013

1. Nicolas Sarkozy a "un calendrier"

Voilà, il n’y a aucun doute possible, à la lecture des citations attribuées de manière complémentaire par Le JDD et Le Dauphiné Libéré : l’ancien chef de l’Etat veut faire son retour dans le débat public.

Et il le dit ainsi:

J’ai un calendrier (pour une prise de parole) en tête(…). 

(…) Un jour, il faut que je dise quelque chose. 

Peut-être avant (2015)

Et, promis :  

Quand je parlerai, je dirai tout.

Mais pour l’instant, Nicolas Sarkozy en est convaincu : son silence (relatif, hein) renforce son poids.

Il le dit dans une phrase aux faux airs de Magritte

Le silence fait plus de bruit que la parole.

Alors, n’allez surtout pas lui demander de s’abaisser à commenter les énièmes prises de becs entre Jean-François Copé et François Fillon - citations rapportées par Le JDD et Le Dauphiné Libéré :

On ne m'a pas interrogé sur l'opportunité d'ouvrir ce débat (sur le Front National, NDLR), ni encore moins de le conclure.

Je ne me projette pas dans la lutte interne (…). La petite actualité politique, c'est fini, je ne veux plus m'en occuper.

La France c'est autre chose.

2. Vive le nucléaire !

François Hollande ouvrira, vendredi 20 septembre, la deuxième conférence environnementale, instance dans laquelle il avait énoncé, il y a un an, l’abandon du "tout nucléaire" ?

Cela vaut manifestement bien, pour Nicolas Sarkozy, un petit crochepied. 

Ainsi, lors de sa prise de parole lors de la remise de la légion d’honneur à Claude Birraux, grand défenseur de l’industrie nucléaire, l’ancien chef de l’Etat s’est-il lancé dans une véritable ode à la filière nucléaire, selon des propos rapportés par l’AFP :

Je me sens solidaire de ces milliers d'ingénieurs, d'électriciens, de chercheurs qui ne veulent pas voir le travail de plusieurs générations détruit par le seul souci d'intérêts partisans et politiques (…).

Pauvre filière nucléaire française dont nous devrions être si fiers, à laquelle notre pays doit son indépendance énergétique !

(Cette filière) a fait durant toute la Ve République l'objet d'un consensus politique et cela jusqu'à une date très récente. Elle est aujourd'hui menacée comme si la France n'avait pas assez de problèmes, qu'il fallait qu'elle détruise l'atome.

3. L’éloge à la terre

Toujours au cours de cette remise de décoration, et dans un extrait de discours cette fois diffusé par BFMTV, Nicolas Sarkozy a choisi de se livrer à un éloge de "la terre", opposée, par l’ancien chef de l’Etat, au "territoire" :

Attention, c’est très lyrique et un brin passéiste :

Notre identité, notre enracinement, notre peuple: ce sont des mots qui ont un sens pour moi. J’aime le mot "terre", (...) je le préfère à celui communément utilisé de "territoire". 

Parce que la terre, elle a une histoire, une culture, la beauté des paysages à couper le souffle

La terre n’est pas une notion administrative, nécessairement restreinte et si peu poétique.

(Notons qu'en 2011, dans son discours au monde rural, prononcé dans la Creuse, Nicolas Sarkozy répétait à dix-neuf reprises le mot "territoire")

Il y a quelques jours l'association "Les Amis de Nicolas Sarkozy"postaient, sur leur page Facebook, une photo de leur rencontre avec leur héros, à qui il remettait un maillot : "NS reviens 2017" :

  

Leurs vœux sont manifestement en train d’être exaucés, avec un peu d'avance.

Du rab sur le Lab

PlusPlus